Archives pour la catégorie SOCIAL

Le Tchad face au défi de l’eau potable

Le Tchad face au défi de l'eau potable dans ACTUALITES kiosque-eau-bangui-300x224Face à la pénurie de l’eau potable dont ses populations sont souvent confrontées, le gouvernement tchadien multiplie les actions pour rendre le précieux liquide accessible à un plus grand nombre.

« L’Etat est en train de mettre en place un programme d’urgence pour renforcer la production et le stockage d’eau, par la construction de réservoirs, notamment de quatre châteaux dans quatre quartiers périphériques de la capitale », a déclaré à Xinhua Félicien Maïngar, directeur général de la Société Tchadienne des Eaux (STE).

La STE étendra ainsi, selon son responsable, son réseau dans les nouveaux quartiers et communes de N’Djaména, la capitale du Tchad, réhabilitera et renforcera les réseaux des anciens quartiers. Elle compte également engager une nouvelle politique de branchements sociaux dans toutes les communes pour faciliter l’accès à l’eau potable aux plus démunis.

Selon les statistiques, le volume de production en eau en 2011 variait entre 40.000 m3 à 45.000 m3/jour. Deux ans après, le volume est malheureusement resté le même en 2013. En ces temps de forte chaleur, la production a même chuté autour 32.000 m3 par jour, faute d’électricité. « La fourniture d’eau dépend de l’électricité, précise Boukar Sanda, agent de la SNE. Les forages sont alimentés par l’électricité pour tirer l’eau ». (suite…)

N’Djaména Far-West tchadien

La journaliste tchadienne Réndodjo Em-A Moundona déplore sur son blog l’insécurité qui ravage la ville de N’Djaména aujourd’hui. Selon elle, la capitale connaît chaque jour son lot d’assassinats, de braquages, de vols de bétail et de biens: N’Djaména est une sorte de far west où règne la loi du plus fort, compare la blogueuse. 

N'Djaména Far-West tchadien dans ACTUALITES image1-300x238N´Djaména veut dire «repos et quiétude» en arabe tchadien. Il y a belle lurette, la population de la capitale a classé aux calendes grecques ces mots qui souvent riment aussi avec sécurité. Le quotidien des N’Djamenois est fait d’assassinats, de braquages, hold-up, intimidations et vols des biens. Exactement comme si les frères Dalton étaient tchadiens.

Toute petite, j’aimais bien lire les bandes dessinées. Même en classe, en plein cours de Mathématiques, j’en avais toujours un sur mes genoux sous la table. Du Tintin au Blek le roc en passant par Zembla. Mais j’aimais bien aussi la fratrie Dalton. Je les aimais pour leur méchanceté stupide, leur imbécillité qui consiste à préparer minutieusement des attaques qui leur rapportaient des butins de rien du tout. Je ne sais pas si cette fratrie a réellement existé mais, je trouvais fascinant qu’ils soient si unis pour la défense de très mauvaises causes. En fait, c’étaient de vrais imbéciles à mon avis. Grâce à ces quatre frères, j’ai fini par comprendre que la bêtise et la méchanceté mises ensemble donnent lieu à des gags très drôles. Sauf quand l’Homme doit la vivre au quotidien. Là s’arrête le drôle pour faire place à la révolte. (suite…)

Tchad : Le « chicha », un tabac nouveau accroche les jeunes

Au Tchad, de plus en plus de jeunes deviennent accrocs du « chicha », un tabac nouveau dont les lieux de vente et de consommation prolifèrent dans la capitale en dépit de la législation en vigueur.

Tchad : Le Aux abords des rues de N’Djaména, la capitale du Tchad, aux alentours des marchés et écoles, des salons de « chicha » poussent comme des champignons. Sous des hangars ou dans des maisons parfois insalubres, en plein air, des jeunes gens, parfois encore mineurs, aspirent de la vapeur de « chicha ».

Le « chicha » est produit à base de « Nakla Tobacco », contenu dans un emballage semblable à un paquet de cigarettes contenant vingt sachets et vendu à 4.000 francs CFA (environ 8 USD). Il est composé de dépuratif, de fromage, de nicotine, etc. On le consomme à l’aide d’un long tube appelé « troumba » (mot de l’arabe local qui signifie « pompe » ou « aspirateur ») quasi-pleine d’eau. Cette eau, qui joue le rôle de réfrigérant, est remplacée au fur et à mesure qu’elle s’échauffe. Au bout du tube est relié un tuyau d’environ 50 cm servant à aspirer la volute du tabac.

« Le « chicha » est originaire des pays arabes, notamment de la Turquie, de l’Egypte ou du Soudan. Il a été introduit chez nous depuis une dizaine d’années », déclare Issa Ahmed, qui tient un salon aux alentours des bureaux de la Délégation du gouvernement auprès de la commune de N’Djaména. (suite…)

Tchad : les travailleurs revendiquent plus de justice sociale

Tchad : les travailleurs revendiquent plus de justice sociale dans ACTUALITES 1335941640567-300x198En commémorant mercredi la fête internationale du travail, placée cette année sous le thème  » Ensemble contre la mauvaise gouvernance, l’injustice et la répression syndicale », les travailleurs du Tchad ont appelé le gouvernement à plus de justice au sein de la société tchadienne et entre les différentes organisations syndicales du pays.

« Nous avons pendant très longtemps subi la discrimination syndicale sans réagir conséquemment. L’UST est la plus ancienne centrale, mais aussi la plus représentative; et nous continuons à subir injustement la non reconnaissance de ce droit parce que le gouvernement continue à accorder des privilèges importants aux organisations qui ne représentent rien sur le plan syndical », indique Barka Michel, président de l’Union des syndicats du Tchad (UST).

La solution à cette injustice est, selon l’UST, dans la représentativité syndicale, « un principe universel que tout Etat membre de l’Organisation internationale du travail se doit de respecter ». La centrale syndicale recommande ainsi dans son cahier de doléances, remis au gouvernement mercredi au gouvernement, l’organisation « imminente des élections sociales ou élections de représentativité pour assainir définitivement le paysage syndical au Tchad ». (suite…)

Le Tchad appelle à l’aide pour faire face aux réfugiés du Darfour

Le Tchad appelle à l'aide pour faire face aux réfugiés du Darfour  dans ACTUALITES soudan-darfour-refugies-4-300x202Le gouvernemen t tchadien a appelé mercredi 17 avril la communauté internationale à fournir un “soutien indispensable” pour faire face aux besoins des milliers de personnes déplacées internes et de réfugiés soudanais ayant fui les conflits intercommunautaires au Darfour.

Selon le ministre tchadien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Moussa Faki, qui s’exprimait mercredi face aux diplomates et chefs d’organismes accrédités dans son pays, la situation humanitaire dans la région de Tissi est “dramatique”.

“Plus de 40 décès ont été déclarés. Le nombre total provisoire de personnes déplacées est estimé à plus de 30.000 réfugiés et 20.000 retournés dans les différents sites d’accueil, y compris un bon nombre d’enfants non accompagnés ou séparés de leurs parents au moment de leur fuite, des personnes à besoins spécifiques tels que les femmes, les handicapés et les personnes âgées”, a déploré M. Moussa Faki. Paludisme, infections respiratoires et malnutrition

Le gouvernement tchadien, à l’issue d’une visite sur place, début avril, a par ailleurs rapporté des cas de paludisme,  d’infections respiratoires et demalnutrition aigue sévère. Une délégation ministé- rielle a apporté une assistance d’urgence aux personnes affectées: 1.000 sacs de mil pénicillaire, 1.000 sacs de couvertures, (suite…)

Tchad : plus de 10 000 réfugiés à Tissi en quelques jours

Tchad : plus de 10 000 réfugiés à Tissi en quelques jours  dans ACTUALITES dscn3564_corr-300x199Ils étaient déjà 25 000 répartis depuis presque trois mois autour de cinq villages situés le long de la frontière, à l’extrême sud-est du Tchad. Mais depuis le 4 avril, 10 000 personnes de plus sont arrivées, fuyant les combats qui font rage autour d’Um Dukhun, à 10 kilomètres de la frontière tchado-soudanaise. Et les réfugiés continuent d’affluer.

Des villages attaqués et brûlés par des hommes armés à cheval, des proches ou des voisins tués, la fuite en abandonnant tout sur place. Depuis quelques mois, les combats ont repris dans l’ouest du Soudan, opposant plusieurs tribus arabes des Etats du Darfour Nord et Darfour Centre. Ces derniers jours, la situation s’est rapidement détériorée en raison de violents combats autour d’Um Dukhun, ville située à 10 kilomètres de la frontière Tchad-Soudan.

Selon le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR), 10 000 personnes, dont plusieurs dizaines de blessés, ont rejoint en quelques jours les 25 000 réfugiés et rapatriés déjà sur place depuis trois mois. Parmi ces derniers, 8 100 réfugiés soudanais et centrafricains, et 16 800 tchadiens qui s’étaient établis au Darfour et dans le nord de la RCA. Plus de 90% d’entre eux sont des femmes. Vivant sous des arbres ou des abris de fortune, les familles n’ont pour l’instant reçu aucune assistance. (suite…)

Tchad: le secteur public renonce à la grève

Tchad: le secteur public renonce à la grève  dans ACTUALITES 000_par1380798_0-300x224Au Tchad, les travailleurs du secteur public n’ont pas arrêté le travail, ce mardi 2 avril 2013, contrairement à ce qu’ils avaient d’abord annoncé. Une trêve conclue la semaine dernière avec le gouvernement a permis d’éloigner la perspective d’une grève qui aurait pu paralyser l’administration publique.

Après plusieurs semaines de discussions et malgré le fait que le gouvernement n’ait pas cédé sur l’augmentation du point d’indice, on est quand même arrivés à un accord entre celui-ci et les travailleurs du secteur public. Cet accord apportera malgré tout quelques billets de plus au salaire des fonctionnaires. « Tout compte fait, avec le nouveau reversement, les travailleurs, d’ici avril-mai verront quand même qu’il y a un plus sur leur salaire », explique Gounou Vaïma, chargé des négociations avec le gouvernement pour le compte de l’Union des syndicats du Tchad (UST). (suite…)

Tchad : L’Imam Hassan Hissène Abakar appelle les femmes à se voiler

Tchad : L'Imam Hassan Hissène Abakar appelle les femmes à se voiler  dans ACTUALITES 5370576-8012502« Je vous conseille de se voiler et ne pas couvrir le visage et les mains », a insisté l’imam Hassan Hissène. Il a déconseillé aux femmes d’utiliser la Burqua, dont l’islam ne l’exige pas, a t-il souligné.

A l’occasion de la cérémonie des Remises des Prix aux Lauréates de la deuxième compétition féminine nationale du Saint Coran, le président du Conseil supérieur des affaires islamiques du Tchad, a appelé les femmes à se voiler et non se « burquer ». « Je vous conseille de se voiler et ne pas couvrir le visage et les mains », a insisté l’imam Hassan Hissène. Il a déconseillé aux femmes d’utiliser la Burqua, dont l’islam ne l’exige pas. L’imam a prononcé un discours dans lequel il a précisé que la situation des musulmans au Tchad s’est améliorée. Deux mauvais phénomènes ont disparu au Tchad. Contrairement aux années dernières, les enfants ne font plus la manche dans les rues, a affirmé l’imam.  » 90 % des enfants qui font la manche dans les rues sont des étrangers », a tenu à indiquer l’imam, défiant toute personne de lui prouver le contraire.

Tchad : l’université de Toukra essuie les plâtres

Il devenait urgent d’agrandir l’université de N’Djamena. C’est chose faite, avec ce campus qui a accueilli ses premiers étudiants en septembre. Mais entre soucis logistiques et capacité limitée, c’est la galère.

Tchad : l’université de Toukra essuie les plâtres  dans ACTUALITES 013032013145802000000ja2722p096-300x194Au beau milieu d’une étendue désertique et broussailleuse, le nouveau campus de Toukra trône, immaculé, comme sorti des sables. À 15 km au sud de N’Djamena, surplombant les villages alentour, il prend de surprenantes allures de petite ville. Inauguré en décembre 2011 par le président, Idriss Déby Itno, le site a été aménagé sur 60 000 m2, avec un budget d’environ 60 millions de F CFA (92 000 euros). Deux facultés y ont ouvert leurs portes pour la rentrée scolaire de septembre 2012 - celle des langues, arts, lettres et communication et celle des sciences humaines et sociales - et accueillent déjà 7 000 étudiants. Chacun d’entre eux a dû débourser 22 000 F CFA pour l’année. Les cours sont dispensés en arabe et en français, avec une option anglais pour la faculté des sciences humaines et sociales.

« Bientôt, des parcelles de terrain seront allouées aux membres du personnel administratif et technique, qui résideront sur le campus. Le rectorat viendra également s’y implanter, explique Mahamat Saleh Ali, chef du service des relations publiques de l’établissement. À terme, cette université sera la plus grande du Tchad. » L’une des plus modernes de la sous-région, aussi, avec sa supérette, son restaurant et sa résidence destinée aux étudiants. Quelque 2 000 d’entre eux (majoritairement originaires de province) pourront en effet loger sur place, une fois les travaux de sécurisation du site achevés. Pour le moment, des dizaines de cars bleus font quotidiennement la navette avec N’Djamena. (suite…)

Tchad : Vers l’adoption d’un projet de loi portant sur l’asile

Tchad : Vers l'adoption d'un projet de loi portant sur l'asile dans ACTUALITES camp-de-refugies-darfouris-au-soudan-300x203Le Tchad, qui accueille des centaines de milliers de réfugiés soudanais et centrafricains sur son territoire, et le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) ont validé mercredi un projet de loi portant asile.

« L’adoption d’une loi nationale sur l’asile devient une nécessité impérieuse en ce sens qu’elle permettra de fournir un cadre légal national de protection des réfugiés et des demandeurs d’asile », a déclaré Mme Aminata Gueye, représentante résidente du HCR au Tchad.

Le Tchad assure la protection de 400.000 réfugiés ayant fui et continuent de fuir les affres des conflits armés dans la région d’Afrique centrale, principalement du Soudan et de la République centrafricaine. (suite…)

Tchad: le HCR cherche 10 millions de dollars face à l’afflux de réfugiés

Tchad: le HCR cherche 10 millions de dollars face à l'afflux de réfugiés dans ACTUALITES chad_gmartonedsc01094-300x183Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) au Tchad a lancé mardi un appel à une aide d’urgence de 10 millions de dollars (7.8 millions d’euros) pour faire face à l’afflux récent de réfugiés soudanais et centrafricains.

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) au Tchad a lancé mardi un appel à une aide d’urgence de 10 millions de dollars (7.8 millions d’euros) pour faire face à l’afflux récent de réfugiés soudanais et centrafricains.

Le HCR « recherche quelque 10 millions de dollars US pour une intervention urgente pour les six prochains mois à l’Est et au Sud du Tchad », a annoncé mardi au cours d’une conférence de presse Aminata Gueye, représentante du HCR au Tchad.

« Les récents troubles intercommunautaires survenus au début de l’année 2013 au Darfour, au Soudan et la flambée de violences en République centrafricaine ont occasionné des déplacements massifs de populations, générant ainsi des nouveaux réfugiés aussi bien à l’Est qu’au Sud du Tchad », a-t-elle déclaré.

Pour Mme Gueye, « cette situation prendra très tôt les allures d’une urgence humanitaire. Ces réfugiés sont composés des familles avec beaucoup d’enfants. Ce qui nécessite une attention particulière ». (suite…)

Tchad : climat social sous haute tension

Après une année perturbée par les grèves et manifestations, les leaders syndicaux comptent sur le nouveau gouvernement pour relancer le dialogue.

Tchad : climat social sous haute tension dans ACTUALITES h-20-2638925-1321402128-300x236Entre le gouvernement tchadien et les syndicats, le bras de fer continue. Après avoir décidé d’observer une trêve entre le 19 décembre 2012 et le 31 mars 2013, les fonctionnaires menacent de reprendre la grève si leurs salaires ne sont pas revus à la hausse, comme cela leur a été promis. En décembre 2012, le chef de l’État, Idriss Déby Itno, avait reçu les leaders syndicaux pour calmer le jeu, les exhortant à reprendre les négociations à la table du Comité national du dialogue social (CNDS). En vain pour le moment. « Nous ne pouvons pas dialoguer sous la pression, explique Michel Barka, le président de l’Union des syndicats du Tchad (UST). Nous changerons d’avis quand le gouvernement reviendra sur l’annulation du protocole d’accord. » Un document signé en 2011.

Dès 2007, les travailleurs du secteur public avaient attiré l’attention du gouvernement sur la baisse de leur pouvoir d’achat, une diminution liée à la flambée des prix, et demandé une revalorisation du smic - qui est de 30 000 F CFA (45,7 euros) par mois -, pour faire face à la cherté de la vie. À la suite de la grave crise céréalière de 2009-2010, qui s’est traduite, au Tchad comme dans de nombreux pays, par une très forte augmentation des prix des céréales, Idriss Déby Itno avait reconnu que la situation était « dramatique » et convenu qu’un travailleur tchadien, quel qu’il soit, ne pouvait raisonnablement gagner moins de 60 000 F CFA par mois, appelant donc au doublement du smic. Mais la mesure n’a pas été appliquée. (suite…)

Plus de dix mille Soudanais réfugiés au Tchad sans assistance

Plus de dix mille Soudanais réfugiés au Tchad sans assistance dans ACTUALITES media_xll_5651654-300x169Quelque 12.500 réfugiés soudanais en provenance du Darfour, vaste région de l’ouest du Soudan en proie à des troubles, ont afflué vers le Tchad depuis un mois, fuyant des affrontements inter-ethniques, a-t-on appris auprès du Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies (HCR) samedi.

« C’est depuis un mois environ que Tissi (localité située à la frontière Tchad-Centrafrique-Soudan dans le sud-est du Tchad) enregistre un afflux massif de réfugiés soudanais venant de la région du Darfour », a annoncé samedi à l’AFP la représentante du HCR au Tchad, Aminata Gueye.

« Nous avons dépêché sur place une mission conjointe gouvernement-HCR. Cette mission, qui est rentrée jeudi, a recensé 12.500 réfugiés qui ont traversé la frontière. On ne s’attendait pas à cet afflux. C’est une situation urgente qui nous inquiète », a-t-elle ajouté. Selon Mme. Gueye, les réfugiés dont la première vague est arrivée « depuis un mois (…), disent qu’ils ont fui des affrontements inter-ethniques survenus ces derniers mois au Darfour nord, pour la prise de contrôle de mines d’or ». (suite…)

1234

PETIT JOURNAL DES SOUVENIRS... |
c218 |
Planète : nature et animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La psychologie
| analyses, contestations pol...
| .:| нρoт&#...