Archives pour la catégorie ECONOMIE

N’Djaména accueille la première réunion du conseil d’administration de la BADEA pour 2017

BADEALe conseil d’administration de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA), tiendra à N’Djamena, du 8 au 10 mars prochain, sa première session de l’année 2017.

La réunion sera présidée par Yousif Bin Ibrahim Al Bassam, président du conseil d’administration de la BADEA, assisté le directeur général de la Banque, Dr. Sidi Ould Tah. (suite…)

Tchad : Somdiaa met un coup d’arrêt à la production de sucre

Plombée par la concurrence et après plusieurs appels au secours, la Compagnie sucrière du Tchad (CST), propriété de Somdiaa, a annoncé le 25 février la fermeture de sa deuxième usine dans le pays. 2500 personnes sont mises au chômage. 

Tchad : Somdiaa met un coup d'arrêt à la production de sucre dans ACTUALITES cst-473x473-300x300« Nous ne pouvons plus continuer à produire. Depuis trois mois, nous n’avons pas pu vendre un seul sac de sucre. Nos locaux sont pleins à craquer ».  C’est ainsi que Mahamat Allamine Maouloud, directeur de la production de la Compagnie sucrière du Tchad (CST), propriété du groupe panafricain basé en France Somdiaa, a justifié la fermeture de l’usine de Banda, près de Sarh. Cette fermeture, annoncée le 25 février, consacre l’arrêt de la production de sucre au Tchad, après la fermeture d’une première usine à N’Djaména en 2012.

Sucre importé

Ces événements sont la conséquence de la concurrence des sucres nigérians et soudanais, vendus moins cher et qui inondent le marché tchadien. Début janvier, dans une campagne de communication, la CST alertait l’opinion sur le fait que 70% du sucre consommé au Tchad était d’origine étrangère et introduit en toute illégalité. Ajoutant que si les autorités ne réagissaient pas en conséquence, elle risquerait de fermer ses installations. L’appel ne semble pas avoir été entendu… (suite…)

Le Tchad s’affiche au Salon de l’agriculture

Pour la première fois cette année, le Tchad présente un stand au Salon international de l’agriculture qui se tient à Paris jusqu’au 2 mars. C’est également le premier Etat d’Afrique centrale à entreprendre cette démarche.

Le Tchad s'affiche au Salon de l'agriculture dans ACTUALITES tchad_0-300x169Une démarche importante car il ne s’agit pas seulement de présenter les produits de l’agriculture tchadienne aux visiteurs du salon, il est également question de nouer des partenariats avec des investisseurs étrangers.

Même si on les entend toujours un peu, nous sommes loin des vaches des producteurs français. C’est au pavillon des produits du monde, que le Tchad a installé son stand. Sur les étals, les curieux peuvent admirer différentes variétés de bérbéré, et de pommes à l’air, mais l’enjeu principal n’est pas là… Une importante délégation est venue à Paris pour présenter le savoir faire de l’agriculture tchadienne.

Ahmat Hassan Moussa travaille au ministère de l’agriculture et il a pu rencontrer plusieurs partenaires internationaux. « Nous avons la CGPME de Paris, des Italiens, des Indiens, explique-t-il, et [nous voulons] nouer des partenariat gagnant-gagnant, où ils pourront tirer profit de nos propres ancêtres et nous aussi exploiter l’expérience de leur part, pour mettre en valeur notre potentiel. » (suite…)

Tchad : Des chefs d’entreprises françaises à l’assaut du marché tchadien

Tchad : Des chefs d’entreprises françaises à l’assaut du marché tchadien dans ACTUALITES rond-point-centenaire-ndjamena-300x200En visite au Tchad, une quarantaine d’hommes d’affaires français ont multiplié les contacts avec les autorités et opérateurs économiques du pays et scruté les possibilités d’investir dans un marché de près de 12 millions d’habitants où la Chine est très présente.

« La délégation venue à N’Djaména est pluridisciplinaire. Ce ne sont pas des entreprises touristes qui viennent et qui vont repartir. Il y a là des gens qui sont convaincus et qui ont une connaissance très précise de l’évolution positive de l’économie [ du Tchad] avant leur déplacement », a déclaré à Xinhua Michel Roussin, vice-président du Mouvement des entreprises de France (MEDEF).

Selon l’ancien ministre français de la Coopération internationale sous François Mitterrand, l’arrivée du MEDEF dans la capitale tchadienne traduit une volonté d’avoir des informations très directes avec les autorités tchadiennes en vue de lancer le partenariat sollicité un an et demi plus tôt par le président Déby Itno.

Ainsi, mis à part le chef de l’Etat tchadien, les patrons français ont rencontré, au cours de leur séjour de soixante-douze heures qui s’est achevé jeudi dans la capitale tchadienne, le Premier ministre KalzeubéPayimi Deubet, des membres de son gouvernement, les membres du Conseil économique, social et culturel (CESC), les opérateurs économiques,etc.

Le MEDEF, selon son vice-président, c’est 8.000 entreprises adhérentes, dont 835 sur l’Afrique. Elle est venue à N’Djaména avec la volonté, non seulement de renouer des contacts avec le secteur privé tchadien, mais aussi pour s’inscrire dans des activités de longs termes. « Les mentalités changent. Les entreprises doivent se développer au grand export. Les entreprises françaises ont décidé de reprendre le chemin du Tchad ou s’installer au Tchad », a précis é M. Michel Roussin. (suite…)

Les Nations Unies accordent 6 millions USD au Tchad pour sa filière gomme arabique

Les Nations Unies accordent 6 millions USD au Tchad pour sa filière gomme arabique dans ACTUALITES gomma-arabica_777-300x238Le Bureau des Nations Unies au Tchad et le ministère tchadien du Commerce et de l’Industrie ont signé mercredi un projet d’un montant de 3 milliards F CFA (6 millions USD) visant à améliorer les capacités commerciales de la filière gomme arabique.

« Le projet vise à promouvoir une exploitation rationnelle et durable du produit, favoriser le fonctionnement efficace de la filière, rationnaliser le circuit de distribution et améliorer l’offre exportable », a déclaré à Xinhua Abderahim Birémé Hamid, ministre tchadien du Commerce et de l’Industrie.

 Il a exhorté tous les acteurs de la filière à participer à ce projet de trois ans afin qu’il soit « une réussite et un modèle pour la mise en place d’autres projets ». Selon le ministre tchadien du Commerce et de l’Industrie, le Projet de renforcement des capacités commerciales de la filière gomme arabique tchadienne sera déployé dans les différentes régions de production qui se trouvent autour de la capitale et dans l’est du pays. (suite…)

Tchad : La Compagnie sucrière au bord du gouffre

Tchad : La Compagnie sucrière au bord du gouffre dans ACTUALITES compagnie-sucriere-du-tchadFace à une concurrence déloyale de plus en plus forte, la Compagnie sucrière du Tchad (CST) peine à liquider ses produits et risque de fermer son unité de production, si rien n’y est fait.

« La CST ne vend plus un kilogramme de sucre depuis trois semaines. Si on ne vend pas, on aura des tensions de trésorerie », déclare son directeur commercial, Yacoub Mahamat Yacoub. L’entrepô t de l’usine de Banda, au sud du Tchad et d’une capacité de stockage de 7.000 tonnes,est aujourd’hui presque plein à craquer.

Selon M. Yacoub Mahamat Yacoub, le marché du sucre au Tchad en 2013 a dépassé les 120.270 tonnes, soit une consommation moyenne de 10,5 kg/hab/an. Ces besoins nationaux ont été satisfaits à 30% par la production locale et à 70% par des produits issus de la fraude et de la contrebande qui profitent de règlementations favorables des pays d’origine et d’une faible contrainte fiscale à l’entrée.

Ce qui a eu des conséquences dévastatrices sur les ventes de la CST; les livraisons journalières, divisées par dix depuis début 2012, ont chuté à 25 tonnes. Pour combler le gap laissé par la production locale, le ministère tchadien des Finances avait libé ralisé, depuis 2008, l’importation et la commercialisation du sucre. (suite…)

Tchad: la grève des employés du pétrole se radicalise

Tchad: la grève des employés du pétrole se radicalise  dans ACTUALITES 000_par7580683_1_0-300x224Au Tchad, troisième jour de grève dans les champs pétroliers exploités par des entreprises chinoises dans les régions de Bongor et Moundou au sud du pays. A l’origine du mouvement, le refus des entreprises d’autoriser leurs employés à se constituer en syndicats. Hier samedi 18 janvier, il y a eu des heurts sur certains sites.

Ils sont près d’un millier répartis sur plusieurs sites de forage de puits de pétrole dans les régions de Bongor et Moundou, au sud-ouest du pays. Depuis avril, ils ont engagé un bras de fer avec leur direction pour pouvoir organiser l’élection des délégués du personnel. Face au refus de la hiérarchie, ils ont décidé d’interrompre le travail vendredi dernier pour trois jours. Une interruption qui a ralenti le forage de certains puits de pétrole.

Hier samedi, la tension est montée d’un cran sur le site de Koudalwa dans la région de Bongor. Il y a eu des échauffourées, des tirs de sommation, de brèves interpellations. (suite…)

Tchad : Abdoulaye Djonouma, le roi de la gomme arabique

Il a fait de son pays le deuxième exportateur mondial de gomme arabique. À 85 ans, l’ancien ministre et actuel patron de la Société commerciale du Chari et du Logone, Abdoulaye Djonouma, se bat pour une industrialisation de la filière.

Tchad : Abdoulaye Djonouma, le roi de la gomme arabique dans ECONOMIE abdoulaye-djonouma-sccl_abdel-nasser-garboa-ja-300x222Sur la table basse du grand salon qui lui sert de bureau depuis qu’il a décidé de se retirer peu à peu des affaires, des parapheurs, des sachets contenant différentes variétés de gomme arabique, des documents de projets dont quelques-uns lui tiennent particulièrement à coeur… Même s’il a pris du recul, Abdoulaye Djonouma, le directeur général de la Société commerciale du Chari et du Logone (SCCL), garde une vision pointue des besoins de l’entreprise. « Il nous faut absolument un atomiseur : cette machine nous permettra de réduire la gomme en poudre propre, et nous pourrons ainsi accroître nos marges et créer davantage d’emplois », explique-t-il. Assis à côté du vieil homme, Youssouf, son assistant chargé des affaires courantes, acquiesce et glisse par moments de petites notes à son patron.

Équation

À 85 ans, Abdoulaye Djonouma se fait de plus en plus rare au siège de la SCCL. Mais en cette fin de campagne d’expédition des commandes, on a cependant pu le voir, comme à l’accoutumée, surveiller les trieuses remplir les derniers sacs de gomme crachés par les calibreuses. Cette année, les commandes sont estimées à un peu moins de 20 000 tonnes pour l’ensemble des huit exportateurs qui se partagent le marché de la gomme arabique au Tchad, dont 3 000 t pour la SCCL. « C’est une année moyenne, et cela nous interpelle sur la nécessité de transformer la gomme sur place en respectant les exigences de qualité », indique le directeur général. (suite…)

Tchad : Le Qatar prêt à construire de nombreuses infrastructures de développement

Tchad : Le Qatar prêt à construire de nombreuses infrastructures de développement dans ACTUALITES cite-des-affaires-tchad_dr-300x171Le Qatar va construire dans les prochaines années de nombreuses infrastructures socioéconomiques au Tchad, a déclaré mercredi dans la capitale tchadienne son nouvel ambassadeur, Hamad Bin Abdullhadi Al-Hajiri, après avoir remis au chef de l’Etat tchadien ses lettres de créance.

Au nombre de ces projets, il y a le bitumage de la route reliant Abéché, la plus importante ville de l’Est du Tchad, à la frontière avec le Soudan; la construction d’un hôtel 5 étoiles à N’Djaména, la capitale du Tchad; la construction d’une centrale électrique de 20 MW; la construction de 26 écoles à cycle complet, 12 dispensaires, 40 pompes à motricité humaine et 20 stations de pompage solaire. (suite…)

Le road-show de l’emprunt obligataire 2013-2018 du Tchad débarque à Douala

Le Tchad a émis un emprunt obligataire d’un montant de 85 milliards de F CFA (environ 130 millions d’euros). Les souscriptions aux obligations portant un taux nominal annuel de 6% sont ouvertes jusqu’au 15 novembre 2013. 

Le road-show de l'emprunt obligataire 2013-2018 du Tchad débarque à Douala  dans ACTUALITES idriss_deby_afp-300x171Le gouvernement tchadien espère lever 85 milliards de FCFA (environ 130 millions d’euros) sur les marchés financiers africains. Le Tchad a entamé un road show (tournée de présentation aux investisseurs) pour présenter cet emprunt auprès des clients et des institutions de l’Afrique centrale et de l’Ouest, avec SCB Cameroun comme co-chef de file du projet et CGF Bourse comme société conseil. Après N’Djamena, Brazzaville, Abidjan, Bamako et Dakar, le programme de promotion débarque à Douala, au Cameroun, où une séance publique se déroule le 21 octobre au centre de formation SCB Cameroun Academia.

8,5 millions d’obligations

L’emprunt est constitué de 8,5 millions d’obligations d’une valeur nominale de 10 000 F CFA, elle portent un taux de 6% et ont une maturité de cinq ans, sans différé. Les obligations seront inscrites à la cote de la Bourse des valeurs mobilières d’Afrique centrale (BVMAC) et de la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) d’Abidjan. Selon des sources proches du dossier, la date de clôture des souscriptions, fixée officiellement le 15 novembre 2013, devrait être repoussée.

Diversifier l’économie

C’est la deuxième fois en trois ans que le Tchad procède à un appel public à l’épargne sur le marché régional. En 2011, le gouvernement tchadien a procédé à l’émission d’un emprunt obligataire pour un montant de 100 milliards de FCFA qui arrive à échéance en 2016. Le deuxième lancement auquel procède actuellement le pays, intervient lui aussi, rappellent les autorités tchadiennes dans le document de présentation, dans le cadre du programme de « Renaissance » du pays « dont l’objectif principal est l’émergence économique et sociale à l’horizon 2025″ (suite…)

Le Tchad bénéficiera de 354 à 442 millions d’euros de l’UE pour les sept prochaines années

Le Tchad bénéficiera de 354 à 442 millions d'euros de l'UE pour les sept prochaines années dans ACTUALITES im_5_08_2011_2L’enveloppe financière qui sera allouée au Tchad par l’Union européenne (UE), dans le XIème Fonds européen de développement (FED) pour la période 2014-2020, se situera dans une fourchette de 354 à 442 millions d’euros, soit environ de 232 à 290 milliards F CFA, a déclaré mercredi, Mme Hélène Cavé, ambassadeur chef de Délégation de l’UE au Tchad.

« L’atelier du mois d’août nous avait permis de mieux cerner les objectifs spécifiques au cours desquels concentrer notre coopération future. Aujourd’hui, nous désirons partager la déclinaison de ces objectifs en résultats attendus indicateurs qui devraient nous permettre de mesurer l’atteinte de ces résultats et engagements mutuels à retenir », a précisé Mme Hélène Cavé.

Le programme indicateur, qui est examiné par des cadres de différents départements ministériels tchadiens, englobe les trois axes d’intervention de l’UE au Tchad: sécurité alimentaire, nutrition et développement rural; gestion des ressources naturelles; et consolidation de l’Etat de droit. (suite…)

Pétrole : le Tchad a exporté plus de 500 millions de barils de bruten dix ans

Pétrole : le Tchad a exporté plus de 500 millions de barils de bruten dix ans dans ECONOMIE le-pipe-line1-300x280Depuis 2003, le Tchad a produit et livré plus de 500 millions de barils de pétrole sur le marché international via le Cameroun, réalisant plus de 10,2 milliards USD de revenus, a déclaré jeudi Christian Lenoble, directeur général de TOTCO (Tchad Oil Transportation Co.) et COTCO (Cameroon Oil Transportation Co.), les deux entreprises tchadienne et camerounaise chargées de transporter le brut tchadien.

« En tant qu’opérateur du pipeline Tchad/Cameroun, au Tchad, TOTCO sera un acteur clé dans l’industrie pétrolière en plein essor du Tchad, avec l’arrivée de nouveaux expéditeurs », a indiqué M. Lenoble qui s’exprimait en marge de la « Chad International Oil Mining and Energy Conference and Exhibition » (CIOME 2013).

TOTCO a signé en 2012 un accord de raccordement avec la China National Petroleum Corporation International (CNPCI) et Petrochad Mangara Limited (PCM, une société affiliée détenue à 100% par Caracal Energy), afin de raccorder ces deux compagnies pétrolière au pipeline TOTCO.

« En avril 2013, des piquages à chaud ont été exécutés sur le terrain, en vue du raccordement des deux pipelines de ces sociétés à celui de TOTCO. Le brut de Petrochad Mangara devrait être transporté par TOTCO au quatrième trimestre 2013, tandis que le brut de la CNPCI devrait l’être au cours du deuxième trimestre 2014″, a précisé le directeur général de TOTCO/COTCO. (suite…)

Tchad : TOTCO se veut un acteur clé de l’industrie pétrolière africaine

Tchad Oil Transportation Co. (TOTCO) sera un « acteur clé dans l’industrie pétrolière en plein essor du Tchad, avec l’arrivée de nouveaux expéditeurs », a confié Christian Lenoble, DG de cette structure chargée du transport du pétrole brut tchadien, en marge de la Chad International Oil Mining and Energy Conference and Exhibition (CIOME 2013).

Tchad : TOTCO se veut un acteur clé de l’industrie pétrolière africaine  dans ECONOMIE c7c0e56865f5af549a5420ebd976f867_l-300x199En 2012, cet opérateur du pipeline Tchad/Cameroun, a signé un accord de raccordement à son réseau avec China National Petroleum Corporation International (CNPCI) et Petrochad Mangara Ltd, filiale à 100% de Caracal Energy.

Le transport du brut de Petrochad démarrerait au quatrième trimestre 2013, et celui de CNPCI devrait attendre le deuxième trimestre 2014.

Selon M. Lenoble, le Tchad a produit et livré depuis 2003 plus de 500 millions de barils de pétrole sur le marché international, via le pipe-line Tchad-Cameroun, réalisant plus de 10,2 milliards de dollars US de revenus.

Source: agenceecofin.com

12345

PETIT JOURNAL DES SOUVENIRS... |
c218 |
Planète : nature et animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La psychologie
| analyses, contestations pol...
| .:| нρoт&#...