Tchad : un nouveau gouvernement face aux mêmes défis

Le président tchadien Idriss Déby Itno et son nouveau Premier ministre, Kalzeubé Pahimi Deubet, ont formé un nouveau gouvernement, selon un décret publié dimanche soir sur la radio officielle. La nouvelle équipe, qui n’a pas fondamentalement changé par rapport à la précédente, devra faire face aux mêmes défis.

Tchad : un nouveau gouvernement face aux mêmes défis dans ACTUALITES kalzabe_pahimi_m-225x300Le nouveau gouvernement compte quarante membres, soit un de moins que le précédent (le secrétariat d’Etat à l’Action sociale, à la Famille et à Solidarité nationale est purement et simplement supprimé). Elle n’enregistre que six sorties contre cinq entrées.

Parmi les entrées les plus remarquables, il y a est celle du Pr Mackaye Hassan Taïsso au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Le paléontologue, directeur du Centre National d’Appui à la Recherche (CNAR), retrouve un département qu’il connaît bien pour l’avoir déjà dirigé.

Il y a également Ahmat Mahamat Açyl, frère aîné de la Première dame, Hinda Déby Itno, qui tente une première expérience gouvernementale au ministre des Enseignements secondaires et des Formations professionnelles. L’ancien directeur général adjoint de la Société de raffinage de N’Djaména (codétenue par le gouvernement tchadien et la multinationale pétrolière chinoise CNPCI) retrouve une de ses cousines, Mme Haoua Açyl, qui tient les rênes du ministère de l’Aviation civile et de la Météorologie nationale.
Au nombre des départs, il faut signaler celui d’Ahmed Djidda Mahamat qui quitte le ministère de la Santé publique alors que le pays vit une recrudescence du paludisme depuis trois mois. Il est remplacé par Dr Ngariera Rimadjita (qui cède, à son tour, le ministère de l’Agriculture et de l’Irrigation à un novice, Moussa Mahamat Agré).

L’ancien directeur de l’Hôpital général de référence nationale de N’Djaména, la plus grande structure sanitaire du pays, retrouve enfin un domaine qu’il maîtrise parfaitement.

A l’instar de Dr Ngariera Rimadjita, trois autres personnalités changent de postes. L’ancien président de la Cour suprême, Abdérahim Birémé Hamid, dirigera désormais le ministère du Commerce et de l’Industrie. Il cède celui de l’Intérieur et de la Sécurité publique au général Mahamat Oki Dagache dont le passage à l’Aménagement du territoire, à la Décentralisation et aux Libertés locales, n’aura duré qu’un mois.

Les ténors du parti au pouvoir maintiennent leurs places: à commencer par le secrétaire général, Beyom Mallo Adrien (ministre Conseiller à la Présidence de la République), Moussa Faki Mahamat (Affaires étrangères et Intégration africaine), Adoum Younousmi ( Infrastructures et Transports), Jean-Bernard Padaré (Justice), Hassan Sylla Bakari (Communication, porte-parole du Gouvernement) ou Gata Ngoulou (Urbanisme, Habitat, Affaires foncières et Domaines).

 


Répondre

PETIT JOURNAL DES SOUVENIRS... |
c218 |
Planète : nature et animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La psychologie
| analyses, contestations pol...
| .:| нρoт&#...