Tchad : Idriss Déby prêt à comparaître au procès d’Hissène Habré

Le Président Idriss Déby Itno, a exprimé sa disponibilité à répondre à toute convocation de la justice dans le cadre du procès de son prédécesseur, Hissène Habré, inculpé le 03 juillet à Dakar pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et de crimes de torture.

Tchad : Idriss Déby prêt à comparaître au procès d'Hissène Habré dans ACTUALITES idriss-deby-itno-300x199«Je suis prêt à répondre aux sollicitations de n’importe quelle justice ou quel citoyen tchadien. J’étais un bon soldat. Si j’ai opté pour être avec Habré à partir de 1979, c’était pour combattre les occupants, car à l’époque, le tiers du territoire tchadien était occupé par des étrangers», a dit M. Déby, dans un entretien avec des média occidentaux.

L’actuel président tchadien estime qu’il est l’un des rares collaborateurs de Habré qui lui disaient de faire attention dans ces actes.

Hissène Habré, 13 ans de procédures judiciaires

Quand en janvier 2000, la première plainte est déposée à Dakar par des victimes tchadiennes, l’affaire s’annonce sous de bons auspices pour les plaignants. L’ancien président tchadien est rapidement inculpé pour actes de torture et crimes contre l’humanité, et placé en résidence surveillée.

Mais juste après l’élection d’Abdoulaye Wade à la présidence, la justice sénégalaise fait marche arrière. Elle se déclare à plusieurs reprises incompétente, puisque les crimes n’ont pas été commis au Sénégal. Les victimes déposent alors de nouvelles plaintes au Tchad et en Belgique.

Alors que le dossier est au point mort au Sénégal, en 2005, un juge belge émet un mandat d’arrêt international et la Belgique adresse la première des quatre demandes d’extradition. Hissène Habré est placé en détention. Mais 15 jours plus tard, la cour d’appel de Dakar se déclare de nouveau incompétente et Habré est relâché.

L’année suivante, l’Union africaine (UA) demande au Sénégal de juger Hissène Habré «au nom de l’Afrique». Le Sénégal accepte, mais rien ne bouge. Dakar refuse de financer le procès, ce que l’Union européenne accepte. Les négociations durent deux ans. En 2009, la Belgique s’impatiente et saisit la Cour internationale de justice pour qu’elle ordonne au Sénégal de poursuivre Habré ou de l’extrader.

Pendant les années qui suivent, Wade parviendra à donner des gages tout en maintenant la procédure à l’arrêt. En 2011, il est même sur le point de renvoyer Habré vers le Tchad avant de faire marche arrière au dernier moment.

C’est en 2012 que la machine se débloque. Quelques mois après l’élection de Macky Sall à la présidence, Dakar et l’UA créent officiellement les chambres africaines extraordinaires. Ce sont elles qui ont inculpé Hissène Habré le 2 juillet.

 


Répondre

PETIT JOURNAL DES SOUVENIRS... |
c218 |
Planète : nature et animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La psychologie
| analyses, contestations pol...
| .:| нρoт&#...