Archive pour mars, 2013

Le gouvernement tchadien met de l’ordre dans l’examen du Brevet de technicien supérieur

Le gouvernement tchadien met de l'ordre dans l'examen du Brevet de technicien supérieur dans ACTUALITES remise_diplome-300x275Le Brevet de technicien supérieur (BTS), qui sanctionne deux années d’études post-bac au Tchad, fera désormais l’objet d’un examen national, selon un arrêté pris fin février par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

« A l’instar des certains Etats africains, nous avons décidé que l’organisation de l’examen et la délivrance de BTS sur l’ensemble du territoire national relève du monopole de l’Etat », explique Abdelrahim Akacha, secrétaire général de l’Office National des Examens et Concours du Supérieur (ONECS).

Car, ajoute-t-il, chacun des instituts supérieurs de formation professionnelle qui prolifère de manière plus ou moins contrôlée au Tchad, « enseigne son programme et délivre des diplômes à sa guise, forme des gens non productifs pour la vie active ». L’examen de BTS national pour l’année académique 2012-2013 sera organisé dans deux centres d’examen: N’Djaména et Moundou, les plus grandes villes du pays. Il concernera 13 filières dont 10 uniquement en français et trois en français et en arabe, les deux langues officielles du Tchad.

En plus d’une dizaine d’universités et d’instituts universitaires publics, le Tchad compte 356 structures de formation professionnelle, dont 127 sont implantées à N’Djaména, la capitale. Chacun de ces structures délivre à ses étudiants des diplômes dans une quarantaine de filières diversifiées. (suite…)

Mali : la France juge «probable» la mort du chef jihadiste Abou Zeid

Mali : la France juge «probable» la mort du chef jihadiste Abou Zeid dans ACTUALITES guillaud-20110526-300x251Alors que Paris s’est jusqu’à présent refusé à confirmer ou infirmer la mort du chef jihadiste Abou Zeid dans le nord du Mali, l’armée française dit pour la première fois juger crédible cette information. Tout en restant très prudente. «C’est probable, mais ça n’est que probable», indique ce lundi matin sur Europe 1 l’amiral Edouard Guillaud, chef d’état-major des armées. «Nous ne pouvons pas avoir de certitudes pour l’instant. Ce serait une bonne nouvelle. Nous n’avons pas récupéré le corps», précise-t-il aussitôt.

Le Tchad a assuré vendredi que ses troupes avaient «abattu» ce leader algérien d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) lors d’affrontements dans le massif des Ifoghas. Washington avait jugé «très crédibles» des informations faisant état de sa mort annoncée par des médias algériens,

Interrogé sur le cas de Mokhtar Belmokhtar, autre chef jihadiste que le Tchad affirme avoir tué, l’amiral Guillaud ne confirme rien. «Sur les forums jihadistes, apparaissent depuis hier un certain nombre d’informations disant qu’il serait toujours vivant. C’est la raison pour laquelle, je suis moi-même d’une extrême prudence.» Dimanche, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait lui-même appelé à la prudence. Ni Aqmi, ni aucun réseau islamiste n’ont dit un mot sur ces disparitions comme ils le font habituellement lors de la mort de l’un des chefs jihadistes. (suite…)

Abdou Zeid et Belmokhtar : Morts ou pas morts ?

Abdou Zeid et Belmokhtar : Morts ou pas morts ? dans ACTUALITES 5131573-7657976-300x199Depuis quelques jours, il n’y a plus que pour ça : les hauts faits d’armes de l’armée tchadienne au Mali. Un breaking news, comme diraient nos confrères anglophones. Au point de reléguer au second plan, voire de les éclipser, les jérémiades de la CEDEAO, confrontée à un obstacle financier sur sa feuille de route qui doit la mener dans le désert malien.

Au point également de faire oublier les imprécations du président tchadien, Idriss Deby, contre ses frères d’armes maliens qu’il invite à monter, presto, au front. Nul doute que l’homme fort de N’Djamena faisait allusion à l’agité capitaine Amadou Sanogo. Ce dernier  ayant perpétré un coup d’Etat pour, disait-il, se donner les moyens d’aller traquer les islamistes mais qui, depuis, est retranché à la garnison de Kati, malmenant la transition pour assouvir ses ambitions personnelles. Au point, enfin, de faire passer sous silence le petit débat sur le calendrier électoral fixant la présidentielle malienne en juillet.

Oui, ce sont les soldats tchadiens qui occupent le devant de la scène  et du front.

Jeudi passé, en effet, l’armée tchadienne, qui mène une offensive dans le massif de l’Adrar des Ifoghas où se sont repliés les terroristes, a annoncé la mort  d’Abou Zeid, chef historique d’une des Katibas (phalanges) d’AQMI et spécialiste de l’enlèvement d’otages européens.

Alors qu’on n’a pas encore fini de spéculer sur la véracité de cette annonce, voilà que le Tchad nous apprend encore qu’un autre prestigieux trophée vient de s’ajouter à son tableau de guerre : la tête de Mokhtar Belmokhtar.

Pour mieux appréhender l’importance de ces deux événements, si les informations données par N’Djamena sont avérées,  revenons sur les présumés tués. (suite…)

Le Tchad, précieux allié de la France au Mali

Le Tchad, précieux allié de la France au Mali dans ACTUALITES bed856c2-8428-11e2-8c76-2c94ab150986-493x328-300x199L’élite des troupes du président Idriss Déby affronte en première ligne, avec une grande efficacité, les djihadistes dans les contreforts du nord malien.

coeur- dans ACTUALITESDébut février, dans le Gao tout juste libéré des forces islamistes, les soldats tchadiens restaient discrets. Tout juste voyait-on de temps à autre un de leur pick-up sable monté d’une dizaine hommes puissamment armés, un chèche remonté jusqu’aux yeux. Sans doute cette avant-garde du plus puissant contingent étranger au Mali derrière l’armée française, avec quelque 2 000 militaires, savait-elle qu’elle ne resterait pas longtemps dans cette ville. L’objectif était déjà le grand Nord, le combat au près contre les islamistes. Désormais, le gros des Fatim (Forces armées tchadiennes en intervention au Mali) s’engage au plus profond des montagnes de l’Adrar des Iforas, dans l’extrême nord-est du pays, où se sont retranchés des djihadistes.Le 22 février, au cours d’un engagement sérieux, les Fatim ont perdu 26 hommes, les plus grosses pertes des armées de la coalition. Les djihadistes auraient, selon les officiers tchadiens, perdu 96 personnes. Les conditions précises de cette bataille, comme le lieu, demeurent imprécises. «C’était un assaut d’une position pas une embuscade», précise-t-on simplement. Il démontre, dans tous les cas, l’utilité du soutien tchadien dans cette opération. (suite…)

Mali : les forces tchadiennes ont dertruit la base d’AQMI, Abou Zeid et Belmokhtar tués

Les autorités tchadiennes ont annoncé avoir abattu deux des principaux chefs islamistes : le dirigent d’Aqmi, Abou Zeid et le chef historique du réseau Mokhtar Belmokhtar. L’information doit encore être confirmée.

Mali : les forces tchadiennes ont dertruit la base d'AQMI, Abou Zeid et Belmokhtar tués dans ACTUALITES 11732011-300x182C’est lors d’une cérémonie en hommage aux 26 soldats tchadiens tués au combat, que le Président Idriss Deby annonce la mort du chef d’Al-Qaïda au Maghreb islamique. Abdelhamid Abou Zeid, aurait été abattu par des soldats tchadiens lors d’affrontements dans le massif des Ifoghas, où se sont retranchés les groupes jihadistes après avoir été chassés des grandes villes du Nord. Pour l’instant, ni Bamako, ni les autorités algériennes n’ont confirmé la mort de l’Algérien Abou Zeid, de son vrai nom : Mohamed Ghedir, 45 ans. Soupçonné de la prise en otages de nombreux Occidentaux, il est présenté comme étant l’un des plus radicaux chefs d’Aqmi. Des analyses ADN sont en cours à Alger pour déterminer si le cadavre retrouvé est bien le sien. Selon la presse algérienne, des officiers des services de sécurité auraient identifié son arme personnelle mais pas son corps.

Une mort hypothétique

Certains experts restent dubitatifs, Matthieu Guidère, professeur français d’islamologie en France souligne que « ni Aqmi, ni Al-Qaïda n’ont confirmé l’information. Or l’expérience montre que les jihadistes ne cachent jamais leurs morts et en font immédiatement un martyr. L’objectif de l’armée tchadienne pourrait être d’obliger Abou Zeid à communiquer pour démentir sa mort auprès des autres chefs jihadistes et ainsi relocaliser sa piste ». Washington, en tout cas, juge crédible l’annonce de sa mort, les autorités françaises qui s’inquiètent du sort des 7 otages aux mains d’Aqmi n’ont pas souhaité faire de commentaire.

Le « borgne » aurait été abattu

Au lendemain de l’annonce de la mort présumée d’Abou Zeid, l’armée tchadienne affirme également avoir abattu l’Algérien Mokhtar Belmokhtar. Cet ex-chef d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) est entré en dissidence en octobre 2012 pour créer sa propre unité combattante. Surnommé « le borgne », c’est lui qui avait revendiqué l’attaque sanglante et la prise d’otages massive sur le complexe gazier d’In Amenas, dans le Sahara algérien. L’assaut de l’armée algérienne s’était soldé par la mort de 37 étrangers, un Algérien et 29 ravisseurs. (suite…)

Les familles des martyrs reçues par le Chef de l’Etat

Le Président de la République a rencontré ce matin au palais présidentiel, les familles des 26 soldats tchadiens tombés au champ de l’honneur au Mali.

Les familles des martyrs reçues par le Chef de l’Etat dans ACTUALITES im_02_03_2013_9Toute a commencé par une prière dite par le Président de la République pour le repos des âmes des disparus. Le Chef de l’Etat, a, ensuite dans une voix pleine d’émotion, au nom du gouvernement, du peuple Tchadien et en son nom personnel présenté ses sincères condoléances aux familles des martyrs tombés pour la justice et la solidarité au Mali. « Je suis particulièrement peiné, le gouvernement est peiné et tout le peuple Tchadien est peiné de cette perte incommensurable. Le gouvernement ne les oubliera pas. Il s’occupera des veuves et des orphelins », a promis le Chef de l’Etat.

Pour immortaliser « ces héros d’Afrique et du Tchad, le gouvernement construira un mémorial en leur gloire afin que l’histoire retienne que leur sacrifice suprême consenti pour la paix au Mali, n’aura pas été vain. J’implore le Tout puisant pour le repos éternel de leurs âmes. La nation leur sera reconnaissante », a conclu le Chef de l’Etat. Avant de prendre congé des 73 personnes représentants les 26 soldats tombés au Mali, le Chef de l’Etat a tenu à serrer la main de chacun d’eux. (suite…)

Le Tchad rend hommage aux martyrs tombés au Mali

Le Tchad rend hommage aux martyrs tombés au Mali dans ACTUALITES im_01_03_2013_3Un hommage national a été rendu vendredi dernier aux soldats tchadiens tombés au Mali. Le Président de la République a assisté aux funérailles nationales organisées sur deux endroits distincts.

La nation tchadienne toute entière a rendu ce vendredi matin un hommage mérité aux militaires tchadiens tombés sur le champ d’honneur le vendredi 22 février dernier dans le massif de l’Adrar des Ifoghas au Mali. Ils sont 26 martyrs dont les corps ont été rapatriés de Niamey ce 1er mars 2013. C’est à 9h 00 que la cérémonie à débuté avec l’arrivée du Président de la République IDRISS DEBY ITNO, habillé tout en noir. Visage accablé par la douleur, le Chef de l’Etat a tenu à rendre hommage à ces valeureux fils du pays qui ont payé de leur vie pour mettre hors d’état de nuire les narcoterroristes qui ambitionnent de faire du Mali leur base arrière afin d’étendre leurs tentacules sur les autres Etats du Sahel.

A l’aéroport de la base militaire Sergent Chef Adji Kosseï, tout l’appareil gouvernemental conduit par le Premier ministre Joseph Djimrangar Dadnadji, le Président de l’Assemblée nationale, Dr Haroun Kabadi, les députés, les hommes de Dieu (musulmans, protestants et catholiques) et bien d’autres personnalités, notamment des diplomates étaient présents à la première phase de cette cérémonie funèbre. Il est à signaler également la présence des délégations étrangères venues du Niger, du Mali, du Burkina-Faso et de la délégation de la CEDEAO.

L’avion C-130 de l’armée de l’air tchadienne piloté par le Général Mahamat Rozi ayant à bord les 26 corps des martyrs atterrit sur le tarmac de l’aéroport à 8h 55. A 9h, le Président de la République accompagné du Premier ministre et du ministre délégué à la Présidence de la République chargé de la défense nationale et des anciens combattants se rendent au bas de la passerelle pour accueillir les corps. Les cercueils montés sur des plateaux passent en revue la troupe. L’émotion était grande. (suite…)

1234

PETIT JOURNAL DES SOUVENIRS... |
c218 |
Planète : nature et animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La psychologie
| analyses, contestations pol...
| .:| нρoт&#...