Une première au Tchad: des femmes Gouverneurs

Une première au Tchad: des femmes Gouverneurs dans ACTUALITES im_04_10_2012_2La nomination des femmes dans la haute sphère de l’Etat, prônée à plusieurs reprises par le Chef de l’Etat, vient de se concrétiser, une nouvelle fois, par la nomination des femmes aux postes de Gouverneurs des régions, jadis chasse gardée des hommes.

Cette volonté politique vient de se manifester, juste après la célébration de la Semaine Nationale de la Femme Tchadienne, où celles-ci ont plaidé, une fois de plus, pour l’application du quota de 30% qui leur a été réservé dans la gestion de la chose publique. Fidèle à sa promesse, le Président de la République vient de poser un acte qui entre étroitement dans le cadre de sa politique de la renaissance, qui est une nouvelle vision pour notre pays.

Au Tchad, les femmes constituent plus de la moitié de la population. Avec ce poids démographique, la femme tchadienne s’impose et est assurée d’occuper la place qui lui revient, et peut accéder à tous les niveaux de responsabilité sur l’échiquier national. A la faveur d’une politique volontariste visant à faire du Tchad un Etat moderne où le principe de l’égalité homme-femme est respecté, celles-ci voient leur émancipation devenir une réalité et non un vain mot que les détracteurs de la République ont tendance à propager.

Trois femmes, hauts cadres de l’Etat se voient confier, pour la première fois dans l’histoire de notre pays, la destinée des régions : celles du Guera, du Mandoul et surtout de la Capitale, N’Djamena. Les femmes n’ont jamais démérité la confiance que le Président de la République accorde à ses sœurs tchadiennes qui sont à ses côtés et qui le soutiennent dans ses entreprises pour l’émergence d’un Tchad nouveau et épris de paix.

Dr Haoua Outman Djamé, Déléguée Générale du Gouvernement auprès de la Commune de N’Djamena, Béassoumda Lucie, Gouverneur du Guera et Matouki Tchoubo, Gouverneur du Mandoul auront la lourde responsabilité de prouver aux yeux de leurs sœurs tchadiennes la capacité de la femme à assumer toutes les responsabilités à divers niveaux, avec le courage et la détermination reconnus pour servir la nation. Elles doivent également rassurer les hautes autorités de l’Etat que le choix porté sur elles pour gérer les unités administratives n’est pas un fait du hasard.Cette nomination couronne, à-n’en point douter, les multiples succès de nos sœurs sur tous les plans.

Par: Mbairé Bessingar (ATPE)

 


Répondre

PETIT JOURNAL DES SOUVENIRS... |
c218 |
Planète : nature et animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La psychologie
| analyses, contestations pol...
| .:| нρoт&#...