Belmokhtar : le Tchad a « une photo »

Des soldats tchadiens revenus du front au Nord-Mali ont montré à des journalistes des photographies montrant le cadavre d’un combattant islamiste ressemblant à Mokhtar Belmokhtar, affirmant qu’il s’agit bien du chef djihadiste dont le Tchad a annoncé la mort samedi.

Belmokhtar : le Tchad a Sur son site internet, RFI a publié lundi une photographie, obtenue par son envoyé spécial à Tessalit, montrant le visage maculé de sang d’un homme barbu, en treillis, difficilement identifiable, prise par un militaire tchadien à l’aide d’un téléphone portable. La mort du chef djihadiste, commanditaire de la prise d’otages sanglante du complexe gazier algérien de Tiguentourine en janvier, n’a pas été confirmée par la France, qui intervient avec le Tchad et d’autres pays africains contre les groupes islamistes armés dans le nord du Mali. Si c’est le cas, ce sera une bonne nouvelle », a déclaré le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian sur l’antenne de France 2 à propos du cliché diffusé par RFI.

**********************

belmokhtar-300x224 dans ACTUALITESCette photographie exclusive a été prise par l’envoyé spécial de RFI à Tessalit dans l’extrême nord-est du Mali. Madjiasra Nako y a été emmené dimanche 3 mars par l’armée tchadienne. Les militaires tchadiens revenant du front lui ont alors montré des photos prises sur leur téléphone portable, en affirmant que ce cadavre est bien celui de Mokhtar Belmokhtar, qui aurait été tué samedi dans la vallée d’Ametetai.

Sur le cliché, l’homme présenté comme celui qui était surnommé «le borgne», est en treillis. Son visage est maculé de sang. Pour l’heure, aucune confirmation n’est venue certifier cette mort annoncée samedi soir par l’état-major à Ndjamena.

Ce lundi, le président tchadien Idriss Déby a une nouvelle fois affirmé que ses troupes avaient abattu Mokhtar Belmokhtar et que sa dépouille, ainsi que celle d’Abou Zeid, n’ont pas été exposées par respect des principes de l’Islam.

Par ailleurs, lors de son voyage à Tessalit, l’envoyé spécial de RFI a pu voir huit prisonniers faits par les soldats tchadiens. Parmi eux, il y aurait des Maliens, un Tunisien, un Marocain, des Nigériens et des Burkinabè. Des documents en arabe et des armes lourdes ont également été récupérées.

Plus surprenant : une pelleteuse fait partie des prises de guerre. Celle-ci permettait aux jihadistes de creuser des tranchées pour se dissimuler.

Madjiasra Nako a pu voir une photo du passeport de Michel Germaneau, l’otage français mort en 2010 après l’échec de sa tentative de libération dans le nord du Mali. Sur place, l’envoyé spécial de RFI a pu constater que les armées tchadienne et française travaillent ensemble avec quelques éléments fidèles au colonel malien El Hadj Ag Gamou. Enfin, les militaires affirment que les katibas jihadistes ont été décapitées, mais admettent que la guerre n’est pas finie, car des combattants se sont éparpillés en petits groupes.

 


Répondre

PETIT JOURNAL DES SOUVENIRS... |
c218 |
Planète : nature et animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La psychologie
| analyses, contestations pol...
| .:| нρoт&#...