Archive pour janvier, 2013

Tchad: conseil des ministres du nouveau gouvernement

Le nouveau Gouvernement s’est réuni en conseil des ministres ce mercredi sous la présidence du Président de la République IDRISS DEBY ITNO.

Tchad: conseil des ministres du nouveau gouvernement  dans ACTUALITES act-5711Le Gouvernement du 25 janvier 2013 a tenu son 1er conseil des ministres sous la présidence du Président de la République IDRISS DEBY ITNO. Cette première rencontre de prise de contact entre le Chef de l’Etat et les nouveaux membres du Gouvernement a eu pour cadre, le Palais présidentiel. C’était en présence du Premier ministre, Chef du Gouvernement, Joseph Djimrangar Dadnadji et du Secrétaire général de la Présidence de la République, Hassan Saline.

Le Président de la République IDRISS DEBY ITNO a félicité vivement chacun des ministres pour leur nomination à la tête des différents départements ministériels.

«Etre ministre, ce n’est pas une sinécure. Vous avez une lourde responsabilité. Vous devez être à la hauteur de la mission qu’on vous a confiée. Soyez plus proches de la population, prenez des risques », a conseillé le Chef de l’Etat, qui a insisté sur les nombreux défis à relever. (suite…)

Procès de Hissène Habré : Quand le droit international est du côté des victimes

L’inauguration en février d’un tribunal spécial au Sénégal marquera un tournant décisif dans la longue campagne des victimes pour traduire en justice Hissène Habré, l’ancien dictateur tchadien. Ce procès, s’il est juste et efficace, constituera un précédent démontrant que les juridictions africaines peuvent rendre elles-mêmes justice pour les crimes commis en Afrique.

Procès de Hissène Habré : Quand le droit international est du côté des victimes  dans ACTUALITES 5176799-7724163-300x198
L’ancien dictateur tchadien, Hissène Habré

Avocate des victimes de Habré depuis 2000 et avec lesquelles je travaille quotidiennement depuis lors, je ne peux que me réjouir de la création des « Chambres africaines extraordinaires » qui viennent mettre fin à ce que l’archevêque Desmond Tutu avait appelé un « interminable feuilleton politico-judiciaire ». Etre victime est un état, un état dans lequel on se morfond sans pouvoir se relever tant qu’on n’a pas obtenu justice. La souffrance ne s’arrête jamais. On y perd sa dignité. La bataille juridique pour obtenir qu’une autorité se charge enfin de juger les crimes de leur ancien bourreau n’a été, pour elles, qu’un long et douloureux chemin de croix. Chaque rebondissement, chaque nouveau retard, chaque méprise, chaque farce politico-juridique diligentée par l’ancien gouvernement sénégalais n’a été que nouvelles blessures pour les victimes. Pendant 22 ans, plus de deux décennies après la chute du régime de Habré, le couteau n’a cessé d’être retourné dans leurs plaies.

L’avocat de Hissène Habré ose maintenant prétendre que cette procédure est téléguidée par l’actuel président tchadien, Idriss Déby Itno au prix de notre silence sur les exactions commises aujourd’hui au Tchad ou sur les crimes auxquels il aurait participé pendant le régime de Hissène Habré. Je suis la Présidente de l’Association tchadienne pour la promotion et la défense des droits de l’Homme (ATPDH) et je passe ma vie à dénoncer les violations de ces droits qui sont commis quotidiennement au Tchad, sous l’actuel régime. Je reçois régulièrement des menaces, je fais souvent l’objet d’intimidations. En 2001, j’ai été personnellement visée, en raison de mon engagement aux côtés des victimes de Habré. Lors d’une marche pacifique en faveur de la démocratie, un détachement de la police a tenté de m’assassiner avec une grenade. Son commandant n’était autre qu’un ancien tortionnaire de l’ère Habré, toujours en activité et contre lequel les victimes avaient lancé une procédure judiciaire auparavant. A ce jour, je souffre toujours dans ma chair des conséquences de cet attentat. (suite…)

Renaud Dinguemnaial fait paraitre une œuvre littéraire sur Beral Mbaikoubou

Il y a quelques mois de cela, Renaud Dinguemnaial nous annonçait la parution d’un petit récit intitulé: « Beral Mbaikoubou : LES YEUX DU CŒUR » ou Comment un Aveugle a conquis l’hémicycle.

Renaud Dinguemnaial fait paraitre une œuvre littéraire sur Beral Mbaikoubou  dans CULTURE 542558_399663513419695_99329301_n1-228x300

L’écrivain R. Dinguemnaial

Eh bien, ça y est. Il est publié aux éditions IFRIQUYA à Yaoundé au Cameroun et bientôt disponible en librairie.

La cérémonie de dédicace à N’Djamena se fera le 1er  février 2013 à 15 h 30 précises au CEFOD. Beral et Renaud Dinguemnaial preparent aussi le déplacement du Cameroun pour une conférence de presse initiée par l’Éditeur.

Pour l’instant, CROQUEMORT s’occupe de la version audio du texte avec en fonds sonore le morceau fétiche de Béral « LE PARLEMENT DE MOUTONS A CHANGE MA CONSTITUTION », une traduction en braille est aussi envisagée afin que les non-voyants ne soient pas marginalisés.

Les démarches sont en cours pour la traduction en Allemand, en Anglais et en Arabe. Béral profite en ce moment de son séjour privé en Allemagne pour accélérer le processus. (suite…)

Maurice Freund où la passion du tourisme en Afrique

Fondateur de Point-Afrique, Maurice Freund a dû interrompre la quasi-intégralité des dessertes aériennes.

Maurice Freund où la passion du tourisme en Afrique dans CULTURE pointafrique-tchad-ennedi-mauricefreund-500px-300x225

Maurice Freund, lors d'une de ses descentes dans le désert tchadien

Excellent connaisseur du Sahel, Maurice Freund a fondé Point-Afrique en 1995, une compagnie aérienne soucieuse de développement économique local. Dès l’ouverture de sa première ligne vers Gao, au Mali, Point-Afrique a impliqué les populations locales avec un réseau de guides et d’hébergeants pour lesquels l’arrêt du tourisme d’origine européenne est une catastrophe économique.

Avez-vous stoppé les vols vers le Mali et les pays limitrophes (Niger, Mauritanie) à cause de l’insécurité?

Maurice Freund. Les routes aériennes ouvertes par Point-Afrique sur Tamanrasset, Djanet et Timimoun (Algérie), Atar (Mauritanie), Agadez (Niger) et Gao (Mali) ont été arrêtées le 22 septembre 2010, après la prise d’otage à Arlit, au Niger. Les vols sur Mopti (Mali) l’ont été début février 2011. Nous échangeons avec le ministère des Affaires étrangères. Mais notre connaissance de ces régions nous autorise à être seul juge de nos décisions. Nous avons développé, avec les autorités militaires et civiles des pays concernés, des systèmes de protection en équipant les guides de balises de détresse. Malgré ces précautions, l’Algérie, le Mali, la Mauritanie et le Niger ne présentent plus suffisamment de garanties aujourd’hui.

Avez-vous eu besoin de vous entourer de précautions particulières pour vous rendre dans ces pays?

Je continue de m’y rendre à titre personnel en évitant les zones dangereuses. Je compte des amis sûrs dans presque toutes les fractions rebelles. Je leur fais totalement confiance. Si le danger est trop manifeste, ils m’invitent à ne pas venir. Nos rencontres se déroulent donc en France ou dans les capitales. Mais il n’est pas question pour moi de me désintéresser de leur devenir.

Vous avez encore des vols vers le Tchad. Jugez-vous que la situation y est très différente?

La seule zone assez sûre est le nord du Tchad, et nous avons ouvert une ligne aérienne sur Faya-Largeau en février 2012. Nous assurons un vol hebdomadaire, et un peu plus de 1 000 touristes français y sont actuellement. Bien évidemment, nous restons très vigilants et tous nos circuits ont été étudiés avec les autorités locales. Les services de sécurité connaissent parfaitement nos itinéraires. Sans toutes ces précautions, nous ne pourrions pas nous permettre de continuer. Mais au Tchad, le contexte est différent, les Toubous ne sont pas prêts à se laisser entraîner dans la nébuleuse d’Aqmi. À ce jour, les terroristes djihadistes n’ont aucune chance de s’y installer. Si le moindre doute venait à apparaître, nous stopperions immédiatement nos activités.

(suite…)

La guerre au Mali est-elle gagnée?

L’armée malienne a pris ses quartiers, hier, dans les rues de Tombouctou où la foule a pillé les boutiques de commerçants suspectés de connivence avec les islamistes. Plusieurs millions d ‘euros ont, par ailleurs, été promis par les États pour financer le déploiement de la force africaine.

La guerre au Mali est-elle gagnée? dans ACTUALITES 5131325-7657518-300x225

l'Armée Nationale Tchadienne

Les militaires patrouillent à Tombouctou
Aucune explosion ni aucun coup de feu n’a troublé la nuit à Tombouctou, au lendemain de la reconquête par les militaires français et maliens de cette cité mythique du Nord Mali, devenue un symbole des exactions islamistes. Hier, à l’aube, un groupe d’hommes était déjà rassemblé pour écouter les informations sur de petites radios à piles, sur la grande place, en face du complexe militaire où l’armée malienne a pris ses quartiers, tandis que les femmes, désormais sans voile intégral, vaquaient à leurs occupations quotidiennes, des bassines posées sur la tête. L’électricité comme le réseau téléphonique, saboté par les islamistes avant leur fuite vers le nord, sont toujours coupés dans la ville, qui risque également des problèmes d’approvisionnement en eau puisque les pompes ne fonctionnent plus, et où la nourriture se fait rare, selon plusieurs habitants.

Des commerces tenus par « des Arabes » pris pour cibles
Des centaines de personnes, visiblement très pauvres, ont attaqué, hier, à Tombouctou, des dizaines de magasins tenus, selon elles, par « des Arabes », « des Algériens », « des Mauritaniens », accusés d’avoir soutenu les islamistes armés liés à al-Qaïda. Dans certaines boutiques, des munitions et des radios militaires ont été découvertes. Mais l’essentiel de la population était occupée à se saisir surtout de télévisions, antennes satellite, nourriture, meubles, vaisselle… L’ONG Human Rights Watch (HRW) avait demandé, lundi, aux autorités de prendre « des mesures immédiates » pour « protéger tous les Maliens de représailles », évoquant « des risques élevés de tensions interethniques » dans le Nord, où la rivalité est forte entre les minorités arabes et touareg souvent assimilées à des islamistes, et les Noirs, majoritaires au Mali. (suite…)

Le Mali, la France et les Extrémistes

Le monde observe, et la classe politique française semble unanime sur le principe d’une intervention militaire au Nord du Mali contre les « islamistes », « jihadistes », « extrémistes ». D’aucuns reprochent certes au gouvernement de s’être engagé seul mais ils estiment « juste » la décision de mener une action militaire.

Le Mali, la France et les Extrémistes dans ACTUALITES photo_lg_mali2-300x67Le Président français, François Hollande, qui semblait perdu au cœur d’un gouvernement confus, redore son blason et se refait une image d’homme d’Etat, de chef de guerre, qui veut « détruire l’ennemi », « l’empêcher de nuire ». C’est donc au Nord du Mali que la France voit se refléter, enfin, l’image d’un Président fort, déterminé, installé à Paris.

Il faut commencer par le commencement et prendre une position claire. L’idéologie et les pratiques des réseaux et groupuscules salafi jihadistes et extrémistes sont à condamner de la façon la plus ferme. Leur compréhension de l’islam, leur façon d’instrumentaliser la religion et de l’appliquer en imposant des peines physiques et des châtiments corporels de façon odieuse est inacceptable. Encore une fois la conscience musulmane contemporaine, et internationale, doit s’exprimer haut et fort, le dire et le répéter, cette compréhension et cette application de l’islam sont une trahison, une horreur, une honte et les premiers à devoir s’y opposer devraient être les musulmans eux-mêmes et les Etats des sociétés majoritairement musulmanes. Politiquement, intellectuellement et avec toute la force de leur conscience et de leur cœur. Cette position ne doit souffrir aucune compromission. (suite…)

Tchad : 43 500 tchadiens sur Facebook soit moins de 0,4 % de la population totale

Selon les statistiques du premier réseau social, seulement 0,37 % de la population tchadienne soit 43 500 tchadiens ont un compte utilisateur Facebook, alors qu’au Cameroun 561 420 personnes contre 12 481 000 en Egypte en ont un.

Tchad : 43 500 tchadiens sur Facebook soit moins de 0,4 % de la population totale dans CULTURE facebook-10445377zqmki_1713-300x130L’internet est médiocre au Tchad, une des raisons qui ne donne pas la possibilité à la jeunesse de se connecter sur internet. Il y a deux autres raisons décourageant. Il s’agit du prix de connexion très élevé jusqu’à 2000 FrsCFA l’heure dans des cybers, rares encore au pays. L’abonnement mensuel chez Tigo par exemple coûte 50 000 Fcfa avec un débit très bas et des déconnexions intempestives. Il y a aussi l’absence d’une politique d’encouragement d’acquisition de matériel informatique. (suite…)

Guerre au Mali: le Tchad et le Niger barrent toute retraite aux jihadistes

Guerre au Mali: le Tchad et le Niger barrent toute retraite aux jihadistes dans ACTUALITES 1359290476634-300x214

©ap Le président Idriss Déby Itno, qui a revêtu sa tenue de général quatre étoile ce 24 janvier à Niamey

Il faut les empêcher d’atteindre les montagnes de Kidal, où les combats risquent d’êtres compliqués. Tel est l’objectif assigné aux forces tchadiennes et nigériennes

 «Vous allez avoir à faire à un ennemi qui ne cherchera pas à sauver sa vie. Pour lui, l’essentiel sera de mourir pour aller au paradis. Vous devez être vigilants et déterminés». Conseil d’Idriss Déby Itno, qui a revêtu sa tenue de général quatre étoile ce 24 janvier à Niamey, où il s’est rendu pour galvaniser ses troupes, juste avant que celles-ci ne partent, jeudi soir, en direction de la frontière du Niger vers le Mali. Le chef de l’État tchadien sait le rôle important que les forces tchadiennes et nigériennes vont jouer dans la guerre de reconquête du Nord-Mali.Selon des sources militaires tchadiennes, la mission confiée aux deux pays est d’attaquer Gao puis de se positionner à Kidal, avec une couverture aérienne pour couper toute retraite aux islamistes. Dans le jargon militaire, ce travail est celui d’une équipe de recueil. «L’objectif, c’est d’éviter des combats dans la zone montagneuse près de la frontière algérienne», ajoute la source. (suite…)

Tchad: un nouveau gouvernement de 42 membres face aux grands chantiers du président Déby

Le président Idriss Déby Itno et le Premier ministre Djimrangar Dadnadji Joseph, nommé en début de semaine, ont formé un nouveau gouvernement de 42 membres (34 ministres et 8 secrétaires d’Etat), selon un décret lu samedi sur la radio nationale.

L'ancien premier Ministre Nadingar (gauche) et le nouveau DadnadjiParmi les entrées les plus remarquables, on note Beyom Mallo Adrien, secrétaire général du parti au pouvoir et compagnon de longue date du chef de l’Etat, taillé un poste inédit dans la nouvelle équipe: ministre Conseiller à la présidence de la République.

Me Benaïwa Djibergui Rosine Amane, notaire, est nommée au ministère des Postes et des Nouvelles technologies de l’information en lieu et place de Jean-Bawoyeu Alingué, un vieux routier de la politique tchadienne qui fut le premier chef du gouvernement nommé par Déby au pouvoir depuis 1990. La présidente du CELIAF, le plus grand regroupement des associations féminines, fait ses premiers pas dans l’arène politique.

Mme Sadié Goukouni Weddeye, une autre novice mais épouse fille de l’ancien président de la République, fait également une entrée très remarquée au ministère de l’Action sociale, de la Famille et de la Solidarité nationale. (suite…)

Opération Serva: le Tchad comme base militaire

Depuis octobre 2012, la ville de N’Djamena s’est transformée en une véritable base militaire pour les opérations françaises qui doivent intervenir dans le conflit au nord du Mali. L’unité orangeoise compte une centaine de légionnaires déployés au Tchad pour quatre mois. Mais depuis le 12 janvier dernier, une partie des légionnaires du 3e escadron a quitté le Tchad pour Bamako où ils sont engagés.

Opération Serva: le Tchad comme base militaire dans ACTUALITES e95db550-5d99-11e2-ba26-7bb7c7ac0ab0-493x328-300x199Les différents escadrons français en opération dans ce conflit ont été pré-positionnés à N’Djamena avant de se rendre à Bamako

Rappelons cependant que la présence militaire de la France est continue depuis le déclenchement en 1986 du plan Épervier. Les soldats engagés dans le conflit au nord Mali et qui se sont installés au Tchad avant leur déploiement sur le terrain sont partis de la ville française de Canjuers, il y a quelques jours. (suite…)

Le Procès d’Hissein Habré sera une bombe à fragmentations dans l’affaire de la bande d’Aouzou

C’est au cours d’une émission de télévision « OPINIONS » sur Walf TV que le politologue sénégalais, par ailleurs présenté par la presse sénégalaise comme un  conseiller officieux du Président Macky Sall  a fait cas, de l’affaire de l’argent de la bande d’Aouzou impliquant l’ancien président sénégalais Abdou Diouf et actuel Secrétaire Général de la Francophonie et l’homme d’affaires milliardaire El Hadj Djily Mbaye, aujourd’hui décédé.

Le Procès d’Hissein Habré sera une bombe à fragmentations dans l’affaire de la bande d’Aouzou  dans ACTUALITES krad

Mouammar Kadhafi

hissene_habre270508275 dans DOSSIERS

Hissein Habré

Explications et éclairage autour de cette ténébreuse affaire.

D’abord, à plusieurs reprises sur les médias sénégalais, M. Babacar Justin Ndiaye en a fait état mais en évitant de la développer et surtout de l’expliciter. Les journalistes qui lui faisaient face aujourd’hui comme hier, très peu au courant de la tumultueuse histoire politique du Tchad, n’ont pas su qu’ils tenaient là une bombe médiatique  et par conséquent, essayer d’en savoir plus.

Flash back. Nous sommes au Tchad sous le régime de Tombalbaye qui est le premier Président du Tchad de 1960 à 1975, l’année où il est déposé par un coup d’état militaire qui verra le général Malloum accéder au pouvoir. A cette époque, sous le règne de Tombalbaye, le marabout Djily Mbaye est au Tchad, il est le marabout attitré de Tombalbaye, mais aussi son conseiller spécial et politique . Habitant la cité présidentielle, Djily MBaye était de tous les voyages importants de Tombalbaye ; il est son homme de confiance, son confident, celui qui s’occupe des affaires privées comme on dit. Il avait aussi un rôle de chargé de mission auprès des autres chefs d’Etat d’Afrique Centrale mais aussi du Moyen Orient. Les Tchadiens, hommes politiques et autres le connaissaient très bien au Tchad. (suite…)

Tchad : Bonnes perspectives en matière de santé pour 2013

Au Tchad, le choléra, la poliomyélite et le paludisme ont fait moins de victimes 2012, grâce aux efforts conjugués des autorités nationales et des partenaires. Et la part belle faite à la santé publique dans le budget 2013 (20%) et les infrastructures sanitaires en construction promettent des belles perspectives.

Tchad : Bonnes perspectives en matière de santé pour 2013 dans ACTUALITES hgrnhopitalndjamena-300x225

L’Hôpital Général de référence Nationale de N’Djaména

« En dépit des fortes inondations survenues l’année dernière, notre pays n’a enregistré aucun cas de choléra », déclare à Xinhua le ministre tchadien de la Santé publique, Mahmoud Nahor Ngawara, se référant au désastre causé par les pluies exceptionnellement abondantes dans plusieurs régions du sud du Tchad en 2012, qui avaient laissé des milliers de personnes dans le dénuement, en proie aux maladies et à la famine.

L’absence des cas de choléra constitue un grand progrès par rapport à l’année 2011, où le Tchad a été affecté par une flambée de choléra de grande ampleur : plus de 450 décès et un total de 17. 200 cas de la maladie, un nombre qui n’avait pas été enregistré depuis 1996, selon Médecins sans frontières.

Quant à la poliomyélite, le Tchad n’a déploré que cinq cas durant l’année dernière, contre 132 cas en 2011. « C’est un résultat salué par la communauté internationale d’une manière générale », explique M. Mahmoud Nahor Ngawara.

Cette belle performance est obtenue grâce à l’appui de la fondation Bill & Melinda Gates, très impliquée dans l’éradication du poliovirus sauvage dans le monde et qui finance régulièrement des campagnes de vaccination. (suite…)

Tchad/BAD : 2 milliards F CFA pour promouvoir la bonne gouvernance et la transparence des finances publiques

Le Tchad et la Banque Africaine de Développement (BAD) ont signé lundi deux lettres d’accord de don pour le financement de deux projets d’un coût global d’environ 2 milliards F CFA (4 millions USD) qui visent à promouvoir la bonne gouvernance dans le secteur public et à renforcer la transparence et la responsabilisation dans la gestion des finances publiques au Tchad.

Tchad/BAD : 2 milliards F CFA pour promouvoir la bonne gouvernance et la transparence des finances publiques dans ACTUALITES bad-300x211Le premier accord de don, d’un montant de 1,3 million unités de comptes, soit environ plus de 1,5 milliard F CFA, vise à soutenir les efforts du gouvernement tchadien dans la mise en oeuvre de l’Initiative Transparence dans les Industries Extractives (ITIE), a précisé Michel-Cyr Djiena Wembou, représentant résidant de la BAD au Tchad.

Le second accord de don, d’un montant de 445.000 UTC, soit un peu plus de 1 milliard F CFA, contribuera au renforcement des capacités de l’administration publique dans le domaine de la gouvernance économique et financière, particulièrement dans la gestion des marchés publics. (suite…)

12

PETIT JOURNAL DES SOUVENIRS... |
c218 |
Planète : nature et animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La psychologie
| analyses, contestations pol...
| .:| нρoт&#...