Archive pour février, 2012

Processus de paix au Darfur‎: Le Président Idriss Déby Itno y prend part

Le président du Soudan, Omar el-Béchir, a appelé mercredi les rebelles du Darfour à se joindre au processus de paix dans la région et de mettre fin au recours aux armes à des fins politiques.

Processus de paix au Darfur‎: Le Président Idriss Déby Itno y prend part dans ACTUALITES idriss-deby-Itno

Le Président Idriss Déby Itno lors du Meeting à Elfacher

Il a lancé cet appel lors de l’inauguration de l’Autorité régionale du Darfour, un élément-clé de la mise en oeuvre du processus de paix de Doha pour le Darfour.
‘Au nom du peuple du Darfour, nous vous demandons de rejoindre le processus de paix. Le peuple du Darfour veut la paix’, a déclaré le président el-Béchir dans une émission diffusée en direct à la radio et la télévision nationales.
‘Nous demandons à tout le monde d’être aux côtés des autorités pour ramener la paix et nous vous soutiendrons. Le peuple du Darfour est avec vous et les bailleurs seront avec vous et qu’Allah appuie vos efforts’, a dit le président.
L’inauguration de l’Autorité s’est déroulée en présence du président du Tchad, Idriss Deby Itno, le représentant de l’Emir du Qatar, Hassan Abdullahi Al Ghanim, le ministre de la Justice et ceux de différentes organisations régionales et internationales.

Le président el-Béchir a également annoncé une amnistie générale pour tous les membres armés du Mouvement pour la justice et l’égalité (JEM), soulignant que tous les rebelles repentis doivent abandonner leurs armes pour intégrer les forces régulières soudanaises.
Le président soudanais a également plaidé pour le démantèlement des camps pour personnes déplacées internes, affirmant que ces derniers étaient utilisés par certaines organisations occidentales pour lever des fonds pour eux-mêmes.

Source : Pana 08/02/2012

Can 2012: L’Afrique de l’Ouest en passe de succéder au Maghreb

Après avoir réussi une bonne campagne lors des éliminatoires en envoyant sept (07) représentants sur seize pour la  28ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations (Can) de football, l’Afrique de l’Ouest est en passe de se hisser sur le toit du sport roi africain.

Can 2012: L’Afrique de l’Ouest en passe de succéder au Maghreb dans SPORTS CAN-20121-225x300

Le Trophée de la CAN

Le sport roi semble être au mieux de sa forme en Afrique de l’Ouest. Avec trois représentants en demi-finale et au moins un en finale, le football de la sous- région ouest africaine est tout proche de détrôner le football magrébin qui a régné huit années de suite sur le continent. La Côte d’Ivoire, le Ghana et le Mali ont rejoint le carré d’as de cette 28ème édition de la  Can qui se joue, actuellement, à la fois en Guinée Equatoriale et au Gabon. Avec la présence  de ces nations de football  de l’Afrique occidentale, on pourrait dire que ces dernières ont des atouts non négligeables pour  soulever au soir du 12 février  prochain le prestigieux trophée de  la présente  Can.

La Côte d’Ivoire et le Ghana déterminés

La qualité de jeu du Ghana et la pléiade de stars ivoiriennes sont en route pour ravir le titre continental à la partie nord du continent africain. A deux reprises, l’Afrique de l’ouest  a manqué de remporter le trophée face à une excellente équipe maghrébine qu’est les Pharaons d’Egypte. Ces Pharaons avaient battu, en  finale en 2006, les Eléphants de  la Côte d’Ivoire  et  en  2010, les Black Stars du Ghana. Mais cette fois-ci, la probabilité est forte  pour que les supporteurs ouest- africains jubilent. Les Ghanéens et les Ivoiriens  ont tous les atouts pour décrocher la médaille d’or.  Fruit d’une préparation à la base qui a débuté depuis plus d’une décennie dans ces pays, les jeux ivoiriens et ghanéens s’imposent à leurs adversaires. Ils   forcent l’admiration des spécialistes et amoureux du cuir rond. Certes, ces deux équipes n’ont pas comblé toutes les attentes mais elles sont restées efficaces devant les buts adverses notamment le Ghana, tombeur de la Guinée et de la Tunisie. La Côte d’Ivoire  quant à elle, s’est débarrassée de l’Angola, mondialiste en 2006, avant de terrasser le Nzalang National de la Guinée Equatoriale en quart de finale. Les deux meilleures équipes de l’Afrique de l’Ouest de ces dernières années sont en pôle position pour le graal final. 

// //

Le Mali, l’invité surprise

Seydou Kéita et ses coéquipiers viennent renforcer la position de l’Afrique occidentale dans cette Can. L’équipe des Aigles du Mali, sans grande conviction et surtout avec une étiquette d’outsider, gravit les échelons. L’on doit désormais compter avec elle. Si personne ne les attendait  à ce stade de la compétition, les Maliens ont battu les Panthères du Gabon, l’un des co-organisateurs de ce tournoi. Sa présence à ce niveau est un atout incontestable pour que l’Afrique de l’Ouest remporte le trophée.  Mais la  tâche  ne  sera pas facile pour les  protégés d’Alain  Giresse.   Maliens et Ivoiriens  ambitionnent  sérieusement de conquérir  le  trophée et de succéder aux Pharaons d’ Egypte. Il  faut savoir que la Côte d’ Ivoire et  le Mali sont deux nations  de football de  la  zone ouest –africaine qui se connaissent très bien. Ils  se sont rencontrés à plusieurs reprises dans les compétitions  sous –régional es  telles que le tournoi de l’ Uemoa et  continentales pourquoi  pas internationales  notamment les éliminatoires de  la Coupe d’ Afrique des   Nations et de  la  Coupe  du monde et aussi au cours des matches amicaux. Alors la confrontation Côte d’ Ivoire # Mali  s’annonce  explosive. Aucune de  ces deux sélections nationales ne veut laisser des plumes en demi-finale demain.

Côte d’Ivoire # Mali  et  Zambie # Ghana, deux demi-finales explosives

Les quatre matches des quarts de finale de la 28ème édition de la Coupe d’Afrique des  Nations (Can) Gabon /Guinée Equatoriale 2012, ont livré ce week –end  les deux affiches des demi-finales. Côte d’Ivoire # Mali  et  Zambie # Ghana, sont  des rencontres qui réservent encore beaucoup de  surprises. Les Aigles du Mali, outsiders au début de la compétition, ont créé dimanche dernier, la surprise en éliminant en quart de finale les Panthères du Gabon, l’un  des  pays co-organisateurs de  la phase finale de la Can2012. Idem pour les Chipolopolos de la Zambie qui ont  réussi a sortir de son côté la Guinée Equatoriale, le deuxième pays  organisateur.  Comme on le constate,  la voie est désormais ouverte pour   la Côte d’Ivoire, le Mali, la Zambie  et  le  Ghana pour succéder aux Pharaons d’Egypte.  Quant au Gabon et à la Guinée Equatoriale  malgré leur élémination  en  quart de finale, ils  ont laissé une bonne impression  aux férus du cuir rond africain. Le mérite pour les  Gabonais et les Equato- Guinéens c’est d’avoir fait durer le suspense tout au long des  matches  de  poule  et en quart de finale. Mais les  réalités  du football  modernes  ont   eu raison d’eux

Accord Cameroun, Tchad, Niger, Nigeria pour lutter contre Boko Haram

Lagos, Nigeria – Le Nigeria signe un accord avec trois pays voisins pour lutter contre Boko Haram. Le gouvernement nigérian a signé un accord avec trois pays voisins dans le cadre de ses efforts pour endiguer la menace de la secte islamiste Boko Haram, responsable de la mort de 935 personnes en deux ans et demi.

Accord Cameroun, Tchad, Niger, Nigeria pour lutter contre Boko Haram  dans INTERNATIONAL Boko-Haram

La secte nigériane, Boko-Haram, fait la terreur.

Le quotidien privé Punch rapporte lundi qu’en vertu de cet accord signé avec le Cameroun, le Tchad et la République du Niger, ces pays vont collaborer en plaçant les suspects sur leur sol sous surveillance et partager leurs renseignements.

Toutefois, le journal ne précise ni la date ni le lieu de la signature dudit accord.

Les autorités nigérianes ont à maintes reprises déclaré que Boko Haram comprenait de nombreux étrangers en son sein.

La semaine dernière, le chef de l’armée, le général de corps d’armée Azubuike Ihejika, a réaffirmé la position du gouvernement selon laquelle, les activités de Boko Haram ne sont pas limitées au Nigeria et que la secte était une menace pour la sous région ouest-africaine.

‘Que la menace que représente Boko Haram dépasse nos frontières n’est pas quelque chose de nouveau. Le plus rapidement nous agirons avec fermeté, mieux c’est pour l’avenir de cette nation’, a-t-il dit.

Pana 07/02/2012

Alliance des civilisations?

Il n’est pas un jour sans que nous n’entendions dire que le monde a besoin de davantage de communication, de davantage de dialogue, de davantage de compréhension.

Alliance des civilisations? dans REFLEXIONS different-cultures-294x300

Rapprocher les cultures par la dialogue

Le 11 septembre 2001 a été à ce titre, durant les dix années écoulées, une tragédie révélatrice. Depuis lors, on a de plus en plus parlé de “civilisations”, de “clash”, de “dialogue”, d’ “alliance”, etc. Quelques hommes politiques et intellectuels ont soutenu l’idée d’un “clash des civilisations” (réduisant le point de vue d’Huntington à cette seule déclaration), d’autres ont nié un tel conflit et, avec la plus grande énergie, défendu le “dialogue” et espéré une “alliance”. En soulignant ces positions idéologiques contradictoires, on retrouve une même perception du monde. Il y a un “nous” et (ou contre) un “eux”, il y a “notre” identité qui serait différente de “la leur”…. “Notre” civilisation et “la leur” : il s’agit d’une appartenance culturelle et / ou religieuse qui prédétermine une quelconque compréhension du monde, de la justice, de la liberté et de la dignité humaine. Il s’agit de fait davantage de culture que de politique, davantage de compréhension que de pouvoir : voilà ce que l’on veut nous invite à croire.

Nul ne peut nier que le monde globalisé questionne nos compréhensions d’antan, interroge nos identités et appartenances, et bouleverse nos zones de confort collectives. Nous traversons des temps difficiles et le sentiment d’insécurité, nourri par des peurs et des doutes, est présent partout de part le monde, en Occident aussi bien qu’en Afrique, en Asie et en Amérique. Nous avons incontestablement besoin de davantage d’éducation et de compréhension quant à notre propre histoire, culture, religion et de nos propres valeurs. Nous avons besoin que l’on nous enseigne (et également d’enseigner) d’autres cultures, religions et visions du monde. Accepter le pluralisme signifie, bien entendu, être ouvert au monde, écouter, communiquer et apprendre – au delà de la simple tolérance – à respecter les convictions et les sensibilités des peuples. Ainsi, il est essentiel de réformer nos programmes scolaires et d’enseigner davantage l’histoire, la philosophie, les religions et même les arts : voilà les domaines et les disciplines qui armeraient les générations futures afin de se confronter à la diversité, de faire face aux défis de ce monde de plus en plus complexe et en fin de compte d’essayer de faire progresser la communication et le respect entre les sociétés, les cultures et les religions.

Ce ne sera pas facile. A l’ère des “réseaux sociaux”, on tend à confondre “connecter” et communiquer. La “connexion”, au sein du monde virtuel et du monde réel, est davantage une affaire d’échange de mots, de partage d’informations, mené au même rythme rapide sur Internet que dans la vie quotidienne. Les jeunes sont ouverts, dynamiques et réactifs : cela ne signifie pas qu’ils soient armés pour comprendre, réfléchir et faire l’expérience de l’empathie intellectuelle. Ce n’est pas parce que les mots et les moyens sont les mêmes, dans notre monde global, que les sentiments et perceptions sont similaires. Pour ce qui est de la communication et du dialogue, il est essentiel de prendre en considération les facteurs psychologiques : se sentir bien où que l’on soit, et d’où que l’on parle, est une condition indispensable. On peut parler de citoyenneté, de cultures ou de religions, mais si le sentiment d’appartenance fait défaut, alors la citoyenneté, les cultures et les religions peuvent être utilisées comme moyens d’exorciser nos peurs et notre manque de confiance. Les immigrés, les étrangers ou les religions différentes deviennent les ennemis : en observant combien les partis populistes se portent bien de par le monde, il parait évident que les jeunes générations ne sont pas à l’abri d’un tel danger.

Ce qu’il y a de plus inquiétant, néanmoins, c’est que l’on use et abuse de ce facteur psychologique dans l’arène politique. Soit on joue avec le manque de confiance et les peurs de peuples (et on parle d’un “clash des civilisations”), soit on fait appel aux nécessaires dialogues et alliances comme étant l’ultime remède à nos difficultés. On parle de “civilisations” et de “religions” afin d’éviter d’aborder la politique, l’économie, les intérêts et les pouvoirs : en soi, se tourner ainsi vers les “civilisations” pourrait bien être le moyen utilisé par les puissantes forces politiques afin d’éviter de parler de leur pouvoir et de leur politique. Parler de culture afin d’éviter de parler de politique, parler de valeurs démocratiques formelles afin d’éviter de parler d’inégalité économique, parler de respect afin d’éviter de parler d’injustice. A ce titre, les discours redondants concernant les “civilisations” et les “religions” peuvent être des moyens très puissants permettant d’éviter de parler de pouvoir et d’aborder les véritables questions du moment.

Nous devons nous réconcilier avec la politique et les idéologies politiques, la justice économique et l’éthique, l’aliénation psychologique et la manipulation intellectuelle au cœur de nos sociétés modernes, qu’elles soient démocratiques ou non. Il ne suffit pas de résister, il ne suffit pas de dialoguer, il ne suffit pas d’être ouvert aux autres civilisations et cultures : notre monde a besoin d’esprits qui font preuve de compréhension, de conscience (sans naïveté), de détermination et de courage. Voilà ce dont il s’agit : nous avons besoin de femmes et d’hommes faisant preuve de compréhension et de courage. Prêts à toutes les “alliances des civilisations” basées sur le respect, mais n’étant jamais effrayés de faire face au pouvoir des puissants lorsque ceux-ci essayent de nous pousser à parler d’identité alors que nous avons besoin de parler de dignité ou lorsque ceux-ci nous invitent à parler de dialogue humaniste alors que le véritable sujet est bien leur domination inhumaine et malsaine.

Tchad/élections locales: le MPS remporte les principales circonscriptions

Le Mouvement patriotique pour le salut (MPS, au pouvoir) du président Idris Déby Itno a remporté la majorité absolue dans les principales villes du tchad aux premières élections locales de l’histoire du pays, selon des résultats provisoires rendus publics lundi.

Tchad/élections locales: le MPS remporte les principales circonscriptions dans ACTUALITES %C3%A9lections-communales-Tchad-300x293

Urne des élections communales au Tchad

Selon les résultats donnés par la Commission électorale nationale indépendante (Céni) a la télévision nationale, le MPS a remporté 6 des 10 arrondissements de N’Djamena la capitale, et s’est assuré la victoire à 68,77% à Abéché, la seconde ville du pays.

Le MPS, qui a remporté la majorité absolue dans 12 des 43 circonscriptions concernées par le scrutin a par ailleurs partagé la victoire avec des partis alliés en battant l’Union pour la république et la démocratie (URD, parti de l’opposant historique Wadal Abdelkader Kamougué décédé en mai) à Sahr (sud), troisième ville du pays.

Kassiré Coumakoye du Viva-Rndp (rassemblement national pour la démocratie et le progrès) allié du MPS, conforte sa position dans la localité de Kélo (sud).

La principale coalition de l’opposition, la Coordination des partis politiques pour la défense de la constitution (CPDC), qui regroupe 16 partis et a présenté des listes uniques dans 32 circonscriptions n’a remporté de majorité dans aucune d’entre elles.

Le leader de l’opposition démocratique et porte-parole adjoint de la CPDC, Saleh Kebzabo a été battu à Léré (sud ouest), son fief, par le MPS qui l’emporte avec 53,90%.

(©AFP / 07 février 2012)

Tchad: réouverture de la raffinerie de N’Djamena

Les autorités tchadiennes ont décidé de rouvrir la raffinerie de Djarmaya (nord de N’Djamena) à la suite des négociations entamées depuis samedi avec la partie chinoise a annoncé lundi à la radio nationale le Ministre de la justice Abdoulaye Sabre Fadoul.

Tchad: réouverture de la raffinerie de N'Djamena dans ECONOMIE raffinerie-de-ndjamena-300x300

La raffinerie de Djermaya

Pour faciliter les discussions qui vont continuer, nous avons décidé de rouvrir la raffinerie a déclaré M.Sabre Fadoul qui préside le comité interministériel de l’évaluation et de la renégociation du contrat de raffinage.

On a commencé il ya trois jours les négociations qui ont permis quelques avancées sur les conditions préalables qui nous avons posées à nos amis chinois avant la réouverture a indiqué le ministre.

Il a précisé avoir demandé aux chinois d’assurer la régularité de l’approvisionnement des marchés extérieurs et de garantir un prix accessible aux populations tchadiennes.

Nous avons obtenu quelques garanties, les discussions vont continuer pour aboutir à des solutions acceptables par les deux parties, mais qui tiennent compte des intérêts des populations tchadiennes a souligné le ministre de la Justice.

Le 19 janvier, la raffinerie de Djermaya construite par la Chine et inaugurée en juin 2011, avait été fermée par les autorités qui ont ordonné le départ de son directeur en raison d’un différend sur les prix du carburant.

Le 27, Le Président tchadien Idriss Déby Itno avait limogé deux ministres, dont celui de l’énergie et du pétrole, Eugène Tabé.

Le président Idriss Deby Itno avait inauguré en personne la raffinerie en juin estimant qu’elle était le symbole de l’indépendance énergétique du Tchad et espérant même ravitailler la sous-région.

De source officielle en 2011, le pays, qui exploite le pétrole depuis 2003, produit en moyenne 120.000 barils par jour. Les revenus pétroliers lui ont permis de moderniser son armée, de se doter d’un meilleur réseau routier et de construire de nombreux bâtiment publics. Certains membres de la société civile demandent au régime d’employer davantage cette manne pour l’amélioration des conditions de vie des Tchadiens.

(©AFP / 06 février )

Une nouvelle première dame pour le Tchad?

Le président tchadien Idriss Deby Itno a épousé tout récemment la fille du chef d’un tribu arabe au cours d’une cérémonie à laquelle a assisté le président soudanais, Omar el-Béchir.

Une nouvelle première dame pour le Tchad? dans SOCIAL Amani-Moussa-Hilal-300x199

Amani Moussa Hilal, la nouvelle épouse d'Idriss Deby Itno

Ni le président Deby ni la mariée, Amani Moussa Hilal, n’étaient présents à la cérémonie religieuse organisée dans un hôtel de luxe de Khartoum.

Amani, fille du notable Moussa Hilal, est arrivée après la cérémonie. Vêtue d’une robe blanche de mariée, elle a rejoint un millier d’invités pour une fête animée par des chanteurs soudanais.

Amani Moussa Hilal, récemment diplômée de l’université, était représentée par M. Béchir lors de la cérémonie présidée par un cheikh soufi.

Bien que le Tchad et le Soudan se sont accusés ces dernières années de soutenir les rebelles luttant contre leur régime respectif, leurs relations se sont améliorées ces deux dernières années.

Le Tchad a ainsi refusé d’arrêté M. Béchir lors d’une visite dans le pays, les 7 et 8 août 2011.

Inauguration de la route Bokoro/Arbout Chatak

Le Premier ministre Emmanuel Nadingar a procédé le 30 janvier 2012, à l’inauguration de la route Bokoro /Arbout Chatak. Le projet de construction de cet axe par la Société Arab=Contractors a été réalisé sur le cofinancement de la Banque Arabe pour le Développement Economique en Afrique (BADEA) et la Banque Islamique de Développement (BID) et de la République du Tchad.

Inauguration de la route Bokoro/Arbout Chatak dans ACTUALITES binao-300x110

Le Premier ministre Emmanuel Nadingar coupe le ruban de la nouvelle route

Les travaux de démarrage ont commencé en février 2009 et achevé en Juillet 2011. Long de 67Km, le tronçon Bokoro/ Arbout Chatak est un axe principal qui va de N’djamena/Abéché jusqu’ à la frontière Soudanaise. Le cout de construction global s’élève à 37.273.364.669 FCFA TTC.

Le Gouverneur de la région de Hadjers Lamis Haroun Saleh a souligné que la population du département de Dababa suive avec beaucoup d’intérêt et de satisfaction les différents projets du développement en cours de réalisation ou déjà réalisés dans la région grâce au dynamisme et à la clairvoyance du Chef de l’Etat Idriss Deby Itno.

« L’inauguration du tronçon Bokoro/ Arbout Chatak est un plus pour la région d’Hadjer Lamis car elle permet le désenclavement de la circonscription avec les autres régions de l’Est et l’Ouest. Elle facilitera également le développement de la localité et en particulier augmenter son chiffre d’affaire. En outre, l’année précédente, la région a enregistré des impacts positifs relatifs à l’augmentation de recette qui ont atteint 7 milliards FCFA. Le bitumage de la route rendra encore plus productif la région », a précisé le Gouverneur.

Le Directeur Général des Routes Kiloné Ndjlabaye a quant à lui, présenté les données techniques et financières du projet d’aménagement de la route Bokoro/ Arbout Chatak. Il a par ailleurs souligné que le Gouvernement du Tchad dans son programme du désenclavement du pays ne cesse soutenir les efforts du ministère de tutelle dans le cadre de la construction des routes. « Ceci illustre parfaitement les intérêts et attestent de la pertinence politique ambitieuse porté sur les conditions de vie de la population et partant sur l’économie nationale du pays en général et celle de la région d’Hadjer Lamis en particulier », a dit M. Kiloné Ndilabaye

Pour le ministre des Infrastructures et Equipements Abbas Tolli, le Tchad est un pays de l’interlinde qui est situé à plus de 1000 Km des cotes les plus proches. Il va de soit qu’il fait face aux défis majeurs pour pouvoir à la désenclavement interne qu’externe en vue d’amorcer véritablement la voie de l’émergence économique dans la mise de la droite ligne des orientations de la renaissance du pays. Cette vision prospective du Chef de l’Etat Idriss Deby Itno porté par le Gouvernement, poursuit Abbas Tolli, vise à canaliser les effets multiplicateurs des infrastructures nationales et à bénéficier de l’impact économique à la façade maritime.

Les résultats obtenus offrent par ailleurs les réels motifs de satisfactions car le réseau routier s’intensifie d’avantage et il connaitra bientôt la jonction du chemin de fer. En effet, cela constitue sans aucun doute un véritable levier du développement pour le Tchad.

Le Premier ministre Emmanuel Nadingar a déclaré que le développement d’un pays passe par la route et des infrastructures. Le développement des routes entre dans la droite ligne du programme politique prônée par le Président de la République Idriss Deby Itno. «Le Chef de l’Etat exprime en réalité à travers des actes visibles tout son programme de développement pour le pays », a précisé Emmanuel Nadingar.

L’inauguration de l’axe Bokoro=Arbout Chatak s inscrit dans le cadre des travaux des routes bitumées donc la boucle sera bientôt avec l’aide des deux autres projets dans le Guera, le Batha et le Ouaidda afin de désenclaver ces régions pour leur développement économique en particulier et celui du pays en général. C’est une avancée très importante qui s’inscrit dans le cadre du quinquennat du développement du monde rural de son Excellence Idriss Deby Itno », a conclu le Premier ministre.

Les opportunités de développement des Energies renouvelables au Tchad

Plusieurs conférences débats ont étés faites par d’imminentes personnalités du monde de la Technologie le jeudi 2 février à l’hôtel Kempinski. Ces conférences débats s’inscrivent dans le cadre du Forum International des Energies Renouvelables placé sous le haut patronage du Chef de l’Etat Idriss Deby Itno qui se déroule à N’Djamena du 1er au 4 février 2012.

Les opportunités de développement des Energies renouvelables au Tchad dans ECONOMIE env1-300x222

Le Secrétaire Général du Ministère de l’Environnement, Dounia Sandjiman

C’est l’occasion pour le Secrétaire Général du Ministère de l’Environnement Dounia Sandjiman d’établir la situation énergétique du Tchad. Pour lui, des multiples crises socio- économiques qu’impose la mondialisation ont également entrainé une crise énergétique sans pareil dans le monde. « Cette crise frappe malheureusement l’Afrique durement », a-t-il indiqué. Aussi, propose t-il l’adoption des énergies renouvelables pour circonscrire la situation.

L’énergie solaire est jusque-là très peu utilisée au Tchad à cause de manque d’équipement. Selon lui, cette source d’énergie est utilisée que dans quelques rares unités sanitaires de province. Quand à l’éolienne, bien que moins cher et vielle, elle est aussi très peu utilisée.

Selon le SG de l’Environnement « le cadre législatif et institutionnel existe au pays ». Et de poursuivre que la stratégie appropriée a permis l’installation du réseau « Jatropha » pour le biocarburant dans le cadre de la recherche agricole. Ceci consiste à améliorer le système d’énergie en milieu rural afin de préparer la période poste pétrole.

Des contraintes s’imposent cependant devait-il mentionner. Ce sont entre autres l’appauvrissement des sols, la dégradation de la nature et le phénomène des criquets pèlerins. Et comme solutions à tous ces problèmes, son département a initié le développement des ceintures vertes et l’interdiction de couper le bois vert. Dounia Sandjiman recommande la poursuite de la campagne de sensibilisation et l’utilisation des énergies de substitution.

M. Dangai du Ministère de Plan et de l’Economie a axé son exposé sur le bilan et la stratégie du secteur de l’énergie au Tchad. Le Tchad, disait-il, a de sérieux problèmes malgré sa position de pays pétrolier. Environ 90% du Patrimoine forestier a été détruit depuis les années 70 à nos jours a-t-il mentionné. C’était selon lui dû à l’utilisation abusive du fagot et de charbon de bois. Et de dire que les projets de son département sont le salaire initié en province dans les habitations et autres infrastructures d’accueil. Le photovoltaïque dans certaines régions de l’Est grâce à la coopération Tchado- Soudanaise. Pour lui, le gouvernement s’est inspiré des pays arabes pour éclairer les rues d’Abéché avec le salaire. Jocelyn Duval et Nicolas Contis avocats au cabinet Kalliopé ont proposé quant à eux, l’encadrement juridique social et institutionnel.

Source: ATP

PETIT JOURNAL DES SOUVENIRS... |
c218 |
Planète : nature et animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La psychologie
| analyses, contestations pol...
| .:| нρoт&#...