Discours à la nation du Président de la République à l’occasion du nouvel an

Tchadiennes, Tchadiens,
Mes chers Compatriotes.
Dans quelques minutes l’année 2011 aura vécu. Notre calendrier affichera, l’an 2012, la nouvelle année qui commence.

Discours à la nation du Président de la République à l'occasion du nouvel an  dans ACTUALITES idi-31-d%C3%A9cembre

Le Président Idriss Déby ITNO prononçant son discours

Tchadiennes, Tchadiens,
Mes chers Compatriotes.
Dans quelques minutes l’année 2011 aura vécu. Notre calendrier affichera, l’an 2012, la nouvelle année qui commence. L’on s’en souviendra, cette année 2011 aura été marquée dans notre pays par de grands événements parmi lesquels je voudrais rappeler, pour n’en citer que quelques-uns : sur le plan politique, la célébration de notre cinquantenaire, l’organisation des élections législatives et présidentielles libres et transparentes; au plan économique, l’entrée en production de la raffinerie de pétrole de Djermaya, le démarrage de la cimenterie de Baoré; et le retour à sa mère-patrie du crâne de Toumaï, ancêtre de l’humanité sur le plan scientifique.

Au seuil de l’année 2012 qui s’annonce, je forme à l’endroit de chacun et de chacune d’entre vous, où que vous soyez établis sur toute l’étendue du territoire national ou à l’étranger, mes vœux les meilleurs de paix, de santé, de bonheur et d’unité.

Tchadiennes,
Tchadiens,
Mes chers compatriotes.
A plus d’un titre, 2011 aura été une année difficile dans le monde et en Afrique en particulier. A la faveur de mouvements de contestation d’origines diverses, mais partageant en commun une absence de libertés et des sentiments de frustration accumulés, ce que l’histoire retiendra sous l’expression « printemps arabe », plusieurs régimes politiques se sont effondrés. Ces crises transposées à nos frontières ont engendré un retour massif de nos compatriotes installés en Libye, ainsi que l’exode de plusieurs milliers de sub-sahariens résidant dans ce pays, qui n’avaient pour seule porte de sortie que notre pays. La crise libyenne, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, a impacté négativement le Tchad aussi bien sur le plan économique que sur le plan sécuritaire.

Tchadiennes,
Tchadiens,
Mes chers compatriotes,
Il y a quelques mois, vous aviez décidé par vos suffrages largement exprimés, de me reconduire pour un nouveau mandat de cinq à la tête de notre cher et beau pays. Je profite de l’occasion qui nous est encore offerte aujourd’hui pour vous renouveler mes remerciements et vous adresser toute ma reconnaissance pour la noble et exaltante mission que vous avez bien voulu me confier.

Au début de l’an II de la Renaissance tchadienne, je vous appelle à vous joindre à moi pour consolider les jalons déjà posés au cours des années passées et de matérialiser par des actes concrets et palpables le projet de société sur la base duquel vous m’avez élu.

Ce projet de société qui veut faire du Tchadien un homme nouveau, traduit, comme vous le savez, ma préoccupation constante de fédérer, de rassembler, d’apaiser et de mobiliser les dignes fils et filles de notre pays, afin de conduire par le dialogue et dans la sérénité, le combat pour bâtir un Tchad fort et prospère.

L’année 2012 débutera par l’organisation des élections municipales le 22 janvier 2011 dans quarante deux (42) circonscriptions électorales. Ces élections qui se dérouleront pour la première de l’histoire de notre pays, permettront à tous les tchadiens en âge de voter de choisir librement les hommes et les femmes à qui ils confieront la gestion de leurs cités. Comme pour les législatives et l’élection présidentielle, je vous invite à accomplir en toute responsabilité et avec fierté, cet acte citoyen par lequel notre jeune démocratie se verra renforcée. J’en appelle également au sens de l’honneur et au patriotisme de tous les candidats et candidates déclarés, et au-delà d’eux aux différents partis politiques qu’ils représentent, pour mener une campagne digne, loyale et respectable.

L’organisation de ces élections locales permettra en outre de mettre en place et d’expérimenter pour la première année le processus de décentralisation dans notre pays.

Tchadiennes, tchadiens,
Officiers Généraux ;
Officiers supérieurs et officiers subalternes ;
Sous officiers et Hommes de rang.
Force est de reconnaitre qu’en raison des nombreuses crises qui ont émaillé l’histoire tumultueuse de notre pays, notre armée est devenue, malgré elle, le repaire d’individus de tout acabit qui ont contribué à la souiller et à la dévaloriser. Il devenait de ce fait urgent d’initier une grande opération de sa refondation. Qui plus est, la grave crise sécuritaire qui affecte notre sous région nous oblige à adapter notre dispositif de défense afin de mieux protéger notre pays. Et, c’est ce à quoi nous nous sommes attelés depuis le mois d’octobre 2011.

Cette opération de nettoyage n’a d’autre objectif que d’extirper des rangs de l’armée, tous les intrus et rien que ceux-là, qui l’ont gangrénée. Ce dégraissage permettra en outre une réelle maîtrise des effectifs et contribuera à redorer le blason de l’armée par un retour à l’orthodoxie militaire assise sur la discipline, la cohésion et la rigueur.

Ces effectifs seront complétés en cette année 2012, par un recrutement quantitatif et qualitatif qui sera effectué de manière équitable, dans les 22 régions du pays. Les efforts de modernisation de celle-ci, se poursuivront en tenant compte des exigences sécuritaires que nécessite la protection de notre pays, éprouvé par tant d’années de guerre.

Je voudrais toutefois relever qu’en dépit problèmes mis en exergue tantôt, nos Forces de Défense et de sécurité ont fait leurs preuves sur tous les fronts d’agressions perpétrées contre notre pays, en préservant la stabilité et l’intégrité territoriale. Je les félicite et les encourage cette année encore à demeurer vigilantes.

Quant à ceux de vos frères et sœurs d’armes qui ont consenti le sacrifice suprême pour la préservation des institutions républicaines, de la liberté et de la démocratie, la nation entière leur demeurera, à jamais, reconnaissante.

Mes Chers Compatriotes
Préservons prix, la paix retrouvée. Je voudrais à cet égard, lancer un appel patriotique à toute la classe politique tchadienne, aux leaders d’opinion de tout bord, afin qu’ils s’abstiennent des comportements excessifs susceptibles d’engendrer le désordre et la désunion.

Respectons les règles du jeu démocratique qui privilégient le dialogue à travers les structures légales que nous nous sommes données.

Evitons la manipulation, les intrigues sordides et pernicieuses qui mettent à mal et endeuillent les différentes communautés de notre pays. Sur ce point, je me réjouis de voir que les conflits entre éleveurs et agriculteurs tendent à s’amenuiser, grâce au dialogue institué entre ces communautés, grâce à certaines initiatives locales et la contribution positive des Responsables religieux.

Je suis le garant de la laïcité de notre jeune nation et je vous assure que je n’admettrai jamais, au grand jamais, qu’il puisse s’installer ici des démons de la division agissant sur une base fondamentaliste, intégriste, ou de tous autres extrémismes d’où qu’ils viennent.

Tchadiennes,
Tchadiens,
Mes chers compatriotes,
L’année qui s’achève a été caractérisée sur le plan économique par une grave crise financière internationale liée aux surendettements de certains pays de la zone euro. Même si notre pays, est resté pour le moment en dehors de cette tempête, il est à craindre qu’à moyen terme son onde de choc ne nous atteigne, avec des effets dont on ne peut a priori mesurer toute l’ampleur, sur nos économies. Les leçons tirées de ces crises à répétition dans les pays occidentaux nous confortent cependant dans notre vision d’impulser une réelle industrialisation de notre pays afin de donner de la valeur ajoutée à nos matières premières et au-delà, créer des emplois pour les jeunes et les femmes notamment.

Cette politique d’industrialisation et de modernisation de notre pays s’accompagnera de la valorisation et la formation des ressources humaines qui en feront son essence. C’est la raison pour laquelle l’Etat restera engagé dans la création de structures de formation à tous les niveaux, pour pouvoir disposer des compétences qualifiées et multidisciplinaires dont le Tchad a besoin afin de mener à bien son émergence.

Nous devons aussi promouvoir le bilinguisme, consacré dans notre constitution. Je le répète, le bilinguisme dans notre pays ne doit pas être considérée comme une vue de l’esprit. Je demande au Gouvernement de conduire une politique plus hardie pour l’instaurer définitivement dans les programmes scolaires.

Dans le domaine sanitaire, des investissements importants seront consacrés en faveur des ressources humaines, pour la formation d’un personnel qualifié et de qualité. De nouvelles installations seront développées à travers le pays. L’accès aux soins d’urgence restera toujours gratuit. Les moyens mis en œuvre pour éradiquer la poliomyélite, la lutte contre le paludisme et le VIH/SIDA seront accrus.

Tchadiennes,
Tchadiens,
Chers compatriotes,
Le Tchad est loin d’être un pays pétrolier. Il reste et demeurera un pays à vocation agro-pastorale. C’est dire que l’agriculture et l’élevage sont les fondements de notre économie. C’est au demeurant, la raison pour laquelle j’ai décidé de consacrer les trois premières années de mon quinquennat au monde rural.

Afin de disposer de toutes les données nécessaires à la réalisation de cette politique, un Forum associant tous les acteurs et spécialistes du développement rural sera organisé du 14 au 17 janvier prochain.
Je me dois de relever toutefois, dans l’intervalle, qu’il est annoncé un déficit céréalier, synonyme de famine, imputable à la mauvaise pluviométrie de l’année 2011. Face à cette situation qui risque de toucher des milliers de nos concitoyens, je tiens à vous rassurer, mes chers compatriotes, que les mesures les plus adéquates ont été prises par le Gouvernement.

Sur le plan de l’environnement, je déplore que notre écosystème reste menacé de destruction en raison de la persistance chez beaucoup de nos compatriotes, d’habitudes néfastes comme la coupe abusive de bois et le braconnage. Tout en appelant à un nécessaire changement de mentalités, j’interpelle tous les tchadiens sur le rôle qui est le leur dans la protection de notre écosystème.

La question de l’énergie nous préoccupe au plus haut point, en dépit des grands projets encours de réalisation dans la capitale. Facteur de développement, l’énergie est également un facteur évident de production et de bien-être pour nos populations. Nous nous attèlerons à rechercher des solutions alternatives au mode de production actuelle. C’est dans ce but qu’il sera organisé, au début du mois de février 2012, un Forum interntional sur les énergies renouvelables (solaire et éolienne).

Mes chers compatriotes,
Il est un adage bien connu qui dit que là où la route passe, passe le développement. Le Gouvernement poursuivra en 2012 ses efforts en matière de développement d’infrastructures de transport, par la construction de nouvelles routes, d’aéroports de classe internationale et intermédiaires, des ouvrages de franchissement et des voiries urbaines.

Notre pays entamera cette année, la construction d’une ligne de chemin de fer reliant l’océan Atlantique à la Mer Rouge. Après la construction du pipeline qui fut déjà un projet révolutionnaire pour le Tchad et pour l’Afrique, ce projet verra la concrétisation de l’une des grandes ambitions que je nourris pour notre pays. Toutes ces actions, je l’espère, permettront le désenclavement intérieur et extérieur de notre pays et contribueront à l’amélioration substantielle des conditions de vie de nos populations.

En ce qui concerne les finances publiques, des instructions ont ainsi été clairement données pour que le budget 2012 qui vient d’être voté par l’Assemblée Nationale intègre notre très ferme volonté de bâtir une économie prospère, ouverte sur le monde, assise sur des fondamentaux solides et sous-tendue par les deux piliers majeurs de notre économie qui sont l’agriculture et l’élevage.

A cet effet, nous poursuivrons nos engagements antérieurs en vue de la réduction de la pauvreté et de l’amélioration des conditions de vie de nos populations. Nous allons dans cet esprit, œuvrer pour l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Sur un autre plan, nous rechercherons par ailleurs à renouer durablement avec la Communauté financière internationale, à la faveur, je le souhaite, de la reprise d’un Programme avec le FMI, tenant compte conditions intrinsèques du Tchad.

Je vous informe, en outre, qu’une réflexion sur la « vision et l’orientation stratégique pour un Tchad émergent à l’horizon 2025 » associant nos partenaires financiers habituels ainsi que toutes les compétences nationales est prévue au courant du premier semestre de l’année 2012.

L’Etat s’emploiera, par ailleurs, à rationaliser ses dépenses et à créer les structures de contrôle idoines pour éviter que les faibles ressources dont nous disposons ne soient dilapidées. De même, que le fonctionnement des régies financières sera modernisé et réformé, pour permettre une collecte plus importe des recettes fiscales et douanières. En matière d’impôt, l’équité doit prévaloir dans la répartition des charges fiscales entre les contribuables et de manière à permettre la création d’un environnement propice au développement du secteur privé moteur de la croissance et principale source de création des richesses.

Tchadiennes,
Tchadiens,
Chers Compatriotes de la diaspora.
Dans mon discours d’investiture du 8 aout 2011, j’avais réaffirmé ma volonté de construire un Etat de droit. A l’aube de la nouvelle année 2012, je réitère mon engagement qu’il n’y aura jamais un Tchad à deux vitesses. Je veux une justice équitable pour tous les citoyens, car une justice mal rendue est source de conflits dans la société. Et, cela est connu car, sans la justice, il n’y a jamais de paix sociale.

Les magistrats et les juges sont appelés à dire le droit-rien que le droit-, en toute honnêteté et selon leur conscience. Pour ma part, je ne n’interférerai jamais dans les décisions de justice ; ni hier, ni aujourd’hui, ni demain !

Le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales constitue des points cardinaux dans notre programme politique. Cela n’est pas une vue de l’esprit, mais un engagement politique fort pour lequel de nombreux fils et filles du Tchad ont consenti le sacrifice suprême.

La volonté d’instaurer l’équité et une justice sociale impose de déclarer une lutte sans merci à la corruption, véritable gangrène pour notre société. J’ai déjà déclaré et je le répète, les corrompus et les corrupteurs n’ont pas leur place dans notre société quel que soit leur rang ou leur statut social. Que ceux ou celles qui croient être protégés ou disposer des droits de passe se départissent de cette idée, car la loi leur sera appliquée dans toute sa rigueur.

Quant aux jeunes cadres, hommes ou femmes, en qui j’ai placé toute ma confiance pour la réussite de mon mandat, Je vous déconseille de vous adonner à ce jeu dangereux. Je sais que la tentation est grande. Je sais que par cupidité ou par quête de facilités, beaucoup d’entre vous veulent monter l’arbre par le sommet. Armez vous de patience et travaillez, car seul le travail paie.

Mes chers compatriotes,
Je vous réitère pour terminer mes meilleurs souhaits pour la nouvelle année. Que Dieu le Tout-Puissant nous comble de Ses riches bénédictions et exauce nos prières pour accorder à notre cher et beau pays la Paix et la stabilité.

Mes vœux s’adressent également à tous ceux et celles qui ont choisi de s’établir dans notre pays par choix, par amour ou qui y sont pour des raisons professionnelles. En effet, le Tchad, pays de Toumaï, berceau de l’humanité, est sans conteste, également votre pays. Soyez-y à l’aise et contribuez vous aussi à l’amélioration de « votre » cadre de vie par une participation active à la vie socio-économique du pays.

Source: presidencetchad.org

 


Répondre

PETIT JOURNAL DES SOUVENIRS... |
c218 |
Planète : nature et animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La psychologie
| analyses, contestations pol...
| .:| нρoт&#...