Le Président Idriss Déby Itno en visite au Cameroun

La sécurité est annoncée au centre de l’audience entre le président tchadien et Paul Biya. La veille de la fête de Noel a été particulièrement douloureuse au Nigeria voisin. En deux jours, la secte islamiste dénommée Boko Haram a tué une quarantaine de personnes, des chrétiens pour la plupart.

Le Président Idriss Déby Itno en visite au Cameroun dans ACTUALITES deby-biya

Les deux chefs d’Etat ont placé l'intégration sous-régionale au centre de cette visite tchadienne en terre camerounaise

Le Cameroun et le Tchad ne sont pas à l’abri de la menace islamiste. Dans ce sens, après l’étape du Nigeria, Idriss Déby Itno, le chef de l’Etat tchadien, arrive ce jour à Yaoundé.

Des sources fiables indiquent que la prévention de cette nouvelle menace à la sécurité des Etats riverains du Nigeria, sera l’un des sujets majeurs au centre de l’entretien que Paul Biya aura avec son homologue du Tchad. Idriss Déby devrait ensuite se rendre au Niger et en Centrafrique pour plaider pour la constitution d’un front anti Boko Haram.

S’agissant toujours du volet sécuritaire, Paul Biya et Déby ne passeront pas pieds joints sur la menace liée aux coupeurs de routes et autres preneurs d’otages qui sévissent de part et d’autre de la frontière entre les deux pays. Des bandits de grand chemin qui sèment le désarroi dans les familles et communautés. L’un des freins à l’avancée de la lutte contre cette forme de criminalité, c’est le déficit d’information entre les armées tchadiennes et camerounaises. L’on pourrait également prédire que les questions liées à l’intégration en Afrique centrale rythmeront l’échange annoncé entre Paul Biya et Idriss Déby. Sur le plan énergétique par exemple, le Tchad attend beaucoup du voisin camerounais, qui dispose du barrage hydroélectrique de Lagdo dans la région du Nord.

Conseil de sécurité

L’expertise camerounaise pourra également être sollicitée, d’après nos sources, pour le bon fonctionnement de certains ministères nouvellement créés au Tchad, notamment celui des domaines et des affaires foncières. Certaines de ces questions avaient déjà été évoquées au cours de la visite d’Etat qu’avait effectuée Idriss Déby l’année dernière à Yaoundé. Même si on peut aujourd’hui questionner leur implémentation.

Pour revenir à la secte Boko Haram, le préfet du Wouri, Bernard Okalia Bilaï a rencontré au début du mois en cours les imams de la capitale économique pour prévenir les infiltrations des éléments de cette secte. Le «chef de terre» confiait d’ailleurs récemment au quotidien La Nouvelle Expression que «ce phénomène se passe au Nigeria [qui] est un pays voisin. Vous connaissez les différents échanges qui existent entre ce pays et le nôtre ; et particulièrement dans cette ville capitale économique où de nombreuses personnes vont viennent entre ce pays voisin et notre capitale économique. Ce qui veut dire que les influences de ce pays peuvent facilement nous atteindre.

Il est donc question pour nous, sur haute instruction du gouvernement, de prendre toutes les mesures utiles pour que nous ne soyons pas surpris par ce phénomène ( ) La secte Boko Haram est une secte qui prône l’islam radical intégriste, qui ne connait pas d’autres valeurs islamiques dans un monde moderne».

Précisons que le 19 décembre dernier, Idriss Déby Itno et Goodluck Jonathan, le président nigérian, ont échangé au sujet de la multiplication des attaques imputées à des islamistes près de la frontière entre le Tchad et le Nigeria. Idriss Déby avait alors déclaré face à la presse avoir discuté avec M. Jonathan de l’amélioration de la sécurité autour du Lac Tchad.

Parmi les attaques revendiquées par Boko Haram, on note l’attentat suicide d’août 2011 contre le siège des Nations-Unies à Abuja. Bilan 24 morts et de très importants dégâts matériels. Lancé en janvier 2004, Boko Haram se réclame des Talibans afghans. Active au départ dans l’Etat du Borno, au Nord-Est du Nigeria, cette secte a étendu son champ d’action jusqu’à la capitale Abuja. Le Conseil national de sécurité du Cameroun tient donc là un sujet de préoccupation vitale. Car, comme le dit l’adage, quand la maison du voisin brûle.

Source : Le Quotidien Mutations

 


Répondre

PETIT JOURNAL DES SOUVENIRS... |
c218 |
Planète : nature et animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La psychologie
| analyses, contestations pol...
| .:| нρoт&#...