Le Tchad est à l’honneur de la 15ème édition des «Ecrans noirs» à Yaoundé

Elle s’est ouverte au Palais des Congrès de Yaoundé le samedi 18 juin 2011, par le film du Tchadien, Mahamat Saleh Haroun, « Un homme qui crie »…

mahamatsalehharoun.jpg Plusieurs personnalités de la République, les représentants diplomatiques, les hommes de la culture et de l’art, surtout du 7ème art (cinéma) étaient présents. Il y avait entre autres Madame la ministre de la culture Ama Tutu Muna, les ambassadeurs de la France et du Tchad au Cameroun, son excellence Bruno Gain et son excellence Yoossem–Kontou Noudjiamlao en plus du cinéaste et réalisateur tchadien Mahamat Saleh Haroun. Prévue pour 21H30, après avoir passé en revue les grandes articulations de la 14ème édition, les «Ecrans noirs» 2011 se sont ouverts par la projection du film, « Un homme qui crie ».

Réalisé par le tchadien Mahamat Saleh Haroun, le film qui a déjà parcouru la planète depuis plus d’un an met en scène les thématiques de la succession et de la guerre. Adam, 55 ans, maître-nageur dans un hôtel racheté par les chinois, de peur d’être victime de la compression des personnel et de se faire succéder par son fils Abdel, offre ce dernier, en effort de guerre à la Patrie en proie aux agressions des rebelles. Abdel est enrôlé dans l’armée laissant derrière lui sa dulcinée Djeneba enceinte. Blessé au combat, Adam va nuitamment enlever son fils Abdel du camp des blessés en soin. Sur le chemin de retour vers sa dulcinée, le fils Abdel succombe. Le père le laisse donc aller à la dérive dans le fleuve. Le courant d’eau l’emporte vers des horizons inconnus. Il le regarde disparaître. 

Répondant aux questions des présentateurs, de savoir si Mahamat Saleh Haroun envisage une réalisation au Cameroun, ce dernier a affirmé, «avant de vendre son décor que le Cameroun finance les réalisateurs Cameroun». Le promoteur du festival, Bassek Ba Kobhio et Mahamat Salet Haroun ont rendu un hommage particulier au réalisateur gabonais Charles Mensah, décédé le 3 juin 2011 à Libreville. Pour Saleh, «C’est un homme noble et digne». Cette 15ème édition des «Ecrans Noirs» se déroule à Yaoundé du 18 au 25 juin. Le thème de la manifestation est « Le cinéma africain et ses acteurs ». Le festival des Ecrans Noirs est devenu, au fil des années, une manifestation compétitive où s’expriment tous les types et genres de films africains, accompagnés de films sur l’Afrique ou sur les communautés africaines, avec l’Afrique pour décor principal et réalisés par des africains ou non africains. Le festival a délaissé le musée national qui a abrité les deux dernières éditions pour se déporter au palais des Congrès.

Source: journaldutchad.com

 


Répondre

PETIT JOURNAL DES SOUVENIRS... |
c218 |
Planète : nature et animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La psychologie
| analyses, contestations pol...
| .:| нρoт&#...