Archive pour 8 juin, 2011

Zam Zam Moussa Mahamat, première femme peintre au Tchad

artistetchadienne.png 25 ans révolus, taille moyenne soutenant une silhouette d’environ 45 kg, un calme qui frise la timidité, Mlle Zam Zam Moussa Mahamat, est sans doute la toute première femme tchadienne à avoir embrassé cette carrière artistique de la peinture et plus précisément l’art plastique.

Notre reporter l’a découverte à la Maison de la Culture Baba Moustapha avec trois tableaux qu’elle venait de réaliser. A la question de savoir pourquoi elle a embrassé cette carrière, Mlle Zam Zam répond : « je suis dans les arts plastiques depuis 2006. J’ai choisi cet art comme moyen d’expression».

(suite…)

Tchad : plus de 61.000 élèves soumis aux épreuves du baccalauréat

La particularité du baccalauréat 2011 au Tchad est qu’il se passe une seule fois. Un total de 61.215 élèves tchadiens sont soumis mardi aux épreuves du baccalauréat, dans plusieurs centres d’examen répartis sur tout le territoire national.

baccalaureattchad.jpg44.710 garçons et 16.505 filles (toutes séries confondues) concourent pour le parchemin qui ouvre les portes des universités. Pour N’Djaména, la capitale tchadienne, l’on dénombre 22.365 candidats.

Depuis quelques années, le gouvernement a instauré la délivrance d’une carte biométrique aux candidats pour annihiler les récurrents cas de fraude. Mais les tricheries perdurent.

(suite…)

Affaire Habré : l’étrange silence du gouvernement sénégalais se poursuit

Un coup de théâtre s’est produit la semaine dernière dans l’affaire Habré quand le gouvernement sénégalais a annoncé qu’il suspendait ses discussions avec l’Union africaine sur la création d’une cour internationale chargée de juger l’ancien président tchadien. Une semaine plus tard, le Sénégal n’a toujours fourni aucune explication officielle à l’Union africaine. Un silence qui relance les interrogations sur le jeu réel du gouvernement sénégalais dans cette affaire.

hissenehabre.jpgVoila un impair que les autorités sénégalaises semblent décidées à étouffer. Cela fait plus d’une semaine que le Sénégal a annoncé aux experts de l’Union africaine qu’il suspendait les discussions sur la mise en place d’une cour internationale chargée de juger Hissène Habré.

Les déplacements à Dakar de l’envoyé spécial de l’UA pour le procès, Robert Dossou, et du commissaire de l’UA chargé de la paix et de la sécurité, Ramtane Lamamra, ont dû être annulés. Et aucune explication n’a encore été fournie à l’Union africaine ni au public. Toutes les demandes d’interview sur le sujet ont été repoussées.

Pour le défenseur des droits de l’homme Assane Dioma Ndiaye, le gouvernement sénégalais a enfreint « toutes les règles de courtoisie et de diplomatie » en laissant venir la délégation de l’UA jusqu’à Dakar, pour lui annoncer ensuite une suspension sans donner d’explication.

(suite…)

PETIT JOURNAL DES SOUVENIRS... |
c218 |
Planète : nature et animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La psychologie
| analyses, contestations pol...
| .:| нρoт&#...