Archive pour mai, 2011

Situation préoccupante pour 4000 Tchadiens ayant fui la Libye

L’Organisation internationale pour les migrations s’inquiète pour près de 4000 Tchadiens qui ont fui la Libye et se retrouvent coincés dans une localité du nord-est du Tchad où ils sont arrivés après un long détour à travers le désert nigérien. D’après l’OIM, ces gens sont épuisés par leur voyage et se retrouvent sans ressources.

tchadienslibye.jpgAu total, selon l’agence intergouvernementale, 25000 Tchadiens ont déjà fui le conflit libyen et ont rejoint les villes de Faya et Kalait, dans le nord du Tchad. Ecoutez Jean-Philippe Chauzy, porte-parole de l’OIM, au micro de Sarah Tisseyre.

Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), en route vers Faya, ces migrants sont arrivés dans la ville frontalière (de Zouarké) entre le 20 et le 29 avril après un voyage long et dangereux depuis la Libye en passant par le Niger. Le Porte-parole de l’OIM, Jean-Philippe Chauzy insiste d’ailleurs sur le fait que Zouarké est une région montagneuse et difficile d’accès.

(suite…)

Tchad/Présidentielle 2011: réélection de Déby confirmée

idrissdebyitno1.jpgLe Conseil constitutionnel a confirmé le 21 mai, lors d’une audience publique radio-télévisée, la réélection du président sortant au premier tour de l’élection du 25 avril. Idriss Déby Itno l’emporte avec 83,57% et un taux de participation de 54,71%. Après contrôle de tous les procès verbaux, le Conseil constitutionnel a un peu modifié à la baisse, les chiffres annoncés le 9 mai par la Commission électorale nationale indépendante (Céni).

Le travail du Conseil constitutionnel a consisté au toilettage des résultats bruts délivrés par la Céni. Ainsi le taux de participation annoncé à 64% a été revu à 54, 71%. Mais dans le fond, rien ne change. Idriss Déby est réélu au premier tour avec 83, 57%, suivi de Pahimi Padacket Albert, 8,6 % du Rassemblement national démocratique et populaire(RNDT)et Maître Nadji Madou, 7,8 1% de l’ Alliance socialiste pour le renouveau (ASRI).

(suite…)

Le délestage au Tchad, à qui la faute?

steetchad.pngDepuis un certain temps, la capitale tchadienne N’Djamena est plongée dans le noir absolu du fait des délestages d’électricité. Ah! disons tout court de « l’abandon du service d’électricité ».  

tchadlampetempette.jpgUne humiliation subie par la population n’djamenoise avec ce délestage sauvage, les tchadiens ont au moins droit à des explications et une justice. En clair, il faudra que le chef de l’Etat demande un audit externe sur la gestion calamiteuse de la Société tchadienne d’eau et d’électricité (STEE). Depuis presque 20 ans, les tchadiens souffrent et ils ne peuvent plus patienter plus que ça voire subir pour la faute de certains. Le comble est qu’on n’informe même pas les usagers de la STEE sur le programme de délestage afin qu’ils s’organisent au mieux. Des nos jours, au 20ème siècle, il y a encore une capitale de surcroît d’un pays exportateur du petrole comme le Tchad soit depourvue d’électricité pendant des mois. Ce dont les tchadiens ont réellement besoin, c’est d’une gestion saine, équitable et transparente des affaires du pays. Le médecin après la mort, c’est ce qui est réservé aux les tchadiens.

(suite…)

Tchad: les villageois de Maïkeri, cernés par le pétrole

dobapetrole.jpgMAÏKERI (Tchad) – Des dizaines de puits de pétrole, une carrière, des pistes, des lignes à haute tension cernent le village de Maïkeri, dans le sud du Tchad, hier au beau milieu de cultures, savanes et forêts.

Maïkeri est l’un des 36 villages enclavés de la région pétrolifère du Sud, dénoncent des membres de la société civile. Les installations pétrolières ont envahi de nombreuses terres agricoles et celles qui restent s’épuisent, n’étant plus mises en jachère, expliquent les villageois, réunis sous un grand arbre.

Avant (2003 et l’exploitation de pétrole), on était bien car on s’occupait de nos champs, le rendement était bien. A partir de 2000, (autorités et compagnies pétrolières) ont fait des promesses d’embauche, ça a commencé à ne pas marcher car Esso n’a pas donné de travail, affirme Simon Ndoum Sanebi, représentant le chef du village.

(suite…)

Tchad. Echec à Kadhafi

Kadhafi évacue le Tchad. Le dictateur libyen recule enfin. » La France a-t-elle fait plier Kadhafi ?

kadhafitchad1.jpgEn 1981, c’était aussi optimiste que très provisoire. Profitant de frontières dessinées à la hâte et sans fondement historique ni respect des modes de vie nomades, le Guide essaie régulièrement d’envahir le nord du Tchad, musulman, pour le libérer du pouvoir « despotique » de N’Djamena, chrétien. Le colonel autoproclamé annexe la bande d’Aozou qui n’a jamais appartenu à personne, et surtout pas à Tripoli. Résumer trente ans de conflits, toujours pas réglés, en quelques lignes, c’est tenter de résoudre la quadrature du cercle.

« L’heure de l’hallali a-t-elle sonné pour l’enfant fou du désert ? » écrit Jean Lartéguy, notre envoyé spécial au Tchad. Le point d’interrogation est d’une prudence circonstancielle : c’est plus un espoir qu’une promesse. Les Américains ont chassé ses pseudo-­diplomates casernés à Washington dans un « bureau diplomatique » qui n’est qu’une officine de terrorisme. Pourtant, 2 000 Américains font toujours prospérer le pétrole libyen… Fidel Castro, lui, fait découvrir les délices du socialisme musclé à la Caraïbe. Cubains et Allemands de l’Est affluent à Tripoli pour renforcer sa garde prétorienne.

(suite…)

Moundou: La vie des gens sans Coton Tchad

Les sociétés de la place qui embauchaient des milliers de personnes ne fonctionnement plus comme avant, les gens sont obligés de se battre autrement pour vivre. 

cotontchad.jpgNous sommes une grande ville, la ville économique du Tchad. Les gens viennent de partout et cela faisait notre fierté. Aujourd’hui, c’est le contraire, nos sociétés peinent à fonctionner et cela cause d’énormes difficultés. Tout est partie d’une mauvaise gestion de nos ressources par nous-mêmes, regrette Mbaïré, un ancien travailleur de la Cotontchad. Un point de vue largement partagé par plusieurs personnes. Aujourd’hui, certains employés de la Cotontchad et de l’huilerie et savonnerie sont obligés d’aller tenter leur chance dans d’autres entreprises comme Satom, la Sonasut et bien d’autres. D’autres par contre se sont convertis dans le commerce. C’est le cas de Nicolas: Je suis obligé de me consacrer au commerce pour inscrire mes enfants à l’école et m’occuper de ma famille. Avec le peu d’économie que j’ai fait pendant que je travaillais encor, cela m’a permis de me lancer dans le commerce aujourd’hui. Certains sont devenus des chauffeurs de moto taxi, des gérants dans les boutiques et bars de la ville aujourd’hui.

La jeunesse dans le désespoir

Cette situation a eu de répercussion sur nombreuses familles, car certaines femmes ont quitté leur foyer pour se marier ailleurs parce que le mari à perdu le travail, d’autres familles par contre se sont complètement disloquées. La jeunesse a sombré dans le désespoir par manque d’emploi et ne sait que faire. Une situation qui oblige bon nombre d’entre eux à devenir aussi des clandoman avec tous les risques. Nous exerçons dans les conditions difficiles, car certains d’entre nous sont assassinés sans suite. Il faut trouver une solution pour cette ville, a confié un jeune clandoman.

(suite…)

Tchad : Obsèques nationales du général Kamougué

Décédé le lundi 9 mai 2011 à Koumra, dans le département de Mandoul, les obsèques nationales du feu général Wadal Abdelkader Kamougué se sont déroulées ce vendredi 13 mai 2011 à la place de la Nation en présence du Président de la République Idriss Déby Itno et de plusieurs autres personnalités. 

obsequekamougue.jpgC’est à 9 heures 45 minutes que la dépouille mortelle du feu général Wadal Abdelkader Kamougué a été transportée dans un VLRA  et déposée à la place de la Nation où y attendent les hauts officiers des forces de défense et de  sécurité. Quelque trente minutes plus tard, le  Chef de l’Etat Idriss Déby Itno visiblement très ému arrive sur les lieux pour rendre un dernier hommage à son grand frère d’arme. 

Après le passage des troupes en revue au son de la fanfare nationale, le Chef de l’Etat dépose une gerbe de fleurs sur la dépouille mortelle. Il élève ensuite, en son nom et au nom du peuple tchadien tout entier, le feu général de corps d’armée Wadal Abdelkader Kamougué au rang du commandeur de l’Ordre National à titre posthume pour services rendus à la Nation.

(suite…)

Paul Biya félicite Idriss Deby Itno pour sa réélection

paulbiyaidrissdebyitno.jpgMonsieur le Président et cher frère, 

Votre réélection à la Magistrature Suprême de votre pays m’offre l’agréable opportunité de vous adresser mes vives et chaleureuses félicitations. J’y associe mes vœux de succès pour vous-même, et ceux de prospérité pour le peuple frère du Tchad. 

J’ai la certitude que grâce à notre volonté commune, nous contribuerons à donner une impulsion encore plus forte à notre excellente coopération bilatérale, à rapprocher toujours davantage nos deux nations et à accélérer le processus d’intégration de l’Afrique centrale. 

Veuillez agréer, Monsieur le Président et cher frère, les assurances de ma très haute considération. 

Paul BIYA 

Tchad : Idriss Deby réélu sans surprise

idrissdebyitno.jpgC’est son quatrième mandat. Le président tchadien sortant Idriss Deby Itno a été sans surprise réélu dès le 1er tour de la présidentielle du 25 avril boycottée par l’opposition.

Selon le décompte de la Commission, le président Deby, arrivé au pouvoir par un coup de force en 1990 et qui briguait un quatrième mandat de 5 ans (après avoir été élu en 1996, puis réélu en 2001 et 2006), a obtenu 88,66% des suffrages (2.504.069 voix). Le ministre Albert Pahimi Padacké a obtenu 6,03% des suffrages (170.188 voix) et l’opposant Nadji Madou 5,32% (150.226).

(suite…)

Tchad: décès du général Wadal Abdelkader Kamougué

Le général Wadal Abdelkader Kamougué, 72 ans, l’un des principaux opposants au régime du président tchadien Idriss Deby, est « décédé » aujourd’hui à Koumra, dans le sud du Tchad, a affirmé Saleh Kebzabo un autre opposant, précisant qu’il était « malade depuis quelque temps ».

wadalabdelkaderkamougu.jpgLa présidence tchadienne a confirmé le décès sur son site internet: « Lundi 9 mai 2011: le ministre conseiller à la présidence de la République Kamougué Wadal Abelkader s’est éteint ce matin à Koumra dans le Mandoul ».  « Il est décédé ce matin. Il était malade depuis quelque temps », a affirmé M. Kebzabo qui dirige l’Union nationale pour le développement et le renouveau (UNDR), principale formation de l’opposition avec 9 sièges à l’Assemblée nationale après les législatives de février.

(suite…)

Libye: Situation toujours critique à Misrata

L’Otan a annoncé mardi que le port de Misrata restait accessible bien qu’il soit toujours bombardé par les forces loyales à Mouammar Kadhafi. Un millier d’immigrés et plusieurs centaines de patients, dont des blessés graves, attendent leur évacuation du port libyien, ont indiqué les agences de l’ONU.

misrata.jpg

« La situation à Misrata, soumise à des bombardements intenses, reste critique », mais « le port de Misrata n’est pas fermé » et « nous avons aménagé un couloir » maritime, a déclaré à la presse le vice-amiral Rinaldo Veri, au nom du quartier général de l’opération « Protecteur unifié », à Naples.

(suite…)

Editorial pour la Journée mondiale de la liberté de la presse

actionjourneemondialedelalibertedelapresse2011.jpgTout le monde dans les pays arabes reconnaît que de profonds changements sont nécessaires, urgents et inexorables à court terme – y compris les dirigeants.

Par: Martti Ahtisaari et Lakhdar Brahimi

Le courage de ces jeunes gens luttant dans cette région pour leurs droits politiques et économiques, et finalement pour leur dignité, a recueilli l’admiration générale du monde entier. Les changements introduits jusqu’à présent en Egypte et en Tunisie sont fragiles mais prometteurs. Ils ont surtout donné espoir à des millions de gens. Desmond Tutu, notre président, adhère à l’esprit et la manière de procéder du mouvement de protestation et l’a formulé ainsi dans un message twitter : «Frères et sœurs en Egypte, vous avez donné au monde le bien le plus précieux : la conviction qu’en fin de compte c’est le droit qui l’emporte.» Il semble bien que sa phrase en ait touché plus d’un, car elle a été reprise sur twitter par des milliers de personnes. Les jeunes en Egypte et en Tunisie sont toujours mobilisés. Ils constatent que ce à quoi ils sont parvenus est, certes, remarquable, mais loin d’avoir définitivement abouti. Beaucoup d’entre eux, sans doute la majorité, comprennent que l’ancien régime est révolu, mais qu’un nouveau régime meilleur a du mal à s’instaurer.

(suite…)

Journée mondiale : La liberté de la presse célébrée aujourd’hui‎

journemondialedelalibertdelapresse.jpg

La presse internationale célèbre ce 3  mai la Journée internationale de la liberté de la presse sur le thème « les médias du XXIe siècle : nouvelles frontières ». A cette occasion la Directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova a appelé  les gouvernements à « tenir leurs engagements en faveur de la liberté d’expression et de la liberté de la presse » considérées comme deux piliers des sociétés démocratiques. 

Mme Bokova s’est félicité  dans un communiqué publié sur le site de l’Unesco, « des progrès accomplis ces derniers mois en matière de liberté d’expression et de la levée progressives des restrictions à la liberté de la presse en Egypte et en Tunisie », mais son inquiétude reste vive quant aux  « attaques répétées visant des journalistes couvrant les conflits et les mouvements sociaux au Moyen Orient et en Afrique du Nord », notamment  au Bahreïn, en Iraq, en Libye, en Syrie et au Yémen.

(suite…)

123

PETIT JOURNAL DES SOUVENIRS... |
c218 |
Planète : nature et animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La psychologie
| analyses, contestations pol...
| .:| нρoт&#...