Archive pour janvier, 2011

Fin du mandat de la Minurcat ou mission de l’ONU en République centrafricaine et au Tchad

Le mandat de la Minurcat est fini depuis le 31 décembre, conformément au souhait du gouvernement tchadien.

En effet, le Tchad avait demandé le non-renouvellement de la Minurcat (Mission des Nations unies en République Centrafricaine et au Tchad). Selon le général Oki Dagache, « Les casques bleus sont partis depuis le 15 décembre dernier ainsi que les civils », il ne reste plus sur place qu’une équipe « d’une centaine de personnes, du personnel civil de la Minurcat, du génie et de la logistique. »

D’après le général Tchadien, cette « équipe de liquidation » va encore rester « un à deux mois pour convoyer le reste de leur matériel et régler un certain nombre de problèmes administratifs. » Autre précision : « Cette équipe qui n’a ni mandat ni autre mission que de convoyer le restant de leur matériel quittera les lieux définitivement à la fin février. »

(suite…)

« Un homme qui crie », le cadeau du cinquantenaire du Tchad?

unhommequicriemahamatsalehharoun.jpg

Au Tchad, c’est l’histoire d’un film qui fait le tour du monde, récompensé par plusieurs prix, mais dont le réalisateur n’est pas sûr de le présenter en son pays. Ce film c’est Un homme qui crie de Mahamat Saleh Haroun. Prix spécial du jury au dernier festival de Cannes que le réalisateur voudrait projeter à Ndjamena à l’occasion du cinquantenaire. Mais aucune salle de cinéma n’est prête et cela inquiète.

Apres avoir été récompensé au festival de Cannes le film du réalisateur tchadien a fait le tour du monde.

Il a remporté des prix à Angoulême, Chicago et récemment encore à Dubaï. Mahamat-Saleh Haroun est il un cinéaste comblé ? Pas tout à fait. Il lui reste un rêve : le 11 janvier prochain, c’est la date du cinquantenaire de l’indépendance du Tchad.

Le cinéaste qui a le même âge que le Tchad indépendant voudrait lui offrir le film en cadeau, mais il y a des incertitudes.

 

(suite…)

Tchad: le président conteste la destitution du chef de la commission électorale

deby.jpgLe président tchadien Idriss Deby Itno a contesté vendredi la destitution la veille du président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni).

«Aucun organe, aucune institution, n’a le droit de remettre en cause l’indépendance de la Céni au risque de violer l’accord du 13 Août 2007» (pour la démocratisation du régime), a indiqué M. Deby au cours d’une rencontre au palais présidentiel avec les membres du bureau de la Céni et le comité de suivi de l’accord du 13 août 2007 créé pour la démocratisation du régime.

Ce comité constitué de 5 membres de la majorité et cinq membres de l’opposition a destitué jeudi Ngarmajiel Gami de ses fonctions de président de la Céni.

«La Céni est une émanation de tous les partis, donc aucun organe n’a le droit de gérer la Céni, fut-il le comité de suivi», a précisé le président Deby.

 

(suite…)

123

PETIT JOURNAL DES SOUVENIRS... |
c218 |
Planète : nature et animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La psychologie
| analyses, contestations pol...
| .:| нρoт&#...