Tchad : Mme Marie Thérèse Mbaïlemdana, maire de la ville de N’Djaména évalue les activités réalisées en 2010 – «Il nous faut une capitale propre pour le 11 janvier 2011»

mmemariethrsembalemdana.jpg Comme vous le saviez si bien, nous nous préparons très activement à célébrer le cinquantième anniversaire de l’accession de notre pays à la souveraineté internationale. Ce tout prochain cinquantenaire est l’occasion de scintiller de mille couleurs. La ville de N’Djaména, capitale du Tchad, fait à cet effet sa toilette. De nombreuses rues bitumées. De nombreuses autres rebaptisées au nom d’illustres et dignes fils du pays. De nombreux ronds-points reconstruits. Des pavés posés le long des voies bitumées. Ainsi s’exprimait ce 14 décembre, Mme Marie Thérèse Mbaïlemdana, mairesse de la ville de N’Djaména face à la presse nationale. L’occasion pour elle d’affirmer que l’année 2010 qui s’achève a été marquée par plusieurs réalisations et de nombreuses initiatives louables ont été prises. De la suppression du nuisible plastique, communément appelé «leyda» à la construction des façades en matériaux durables en passant par le pavage ont changé l’image de N’Djaména.

 Mme le maire a par ailleurs profité de cette assemblée pour demander à certains concitoyens qui n’ont pas construit aux normes recommandées par la mairie de se conformer aux directives. En 2011, les arcades et les murs doivent être harmonisés en se référant à l’architecture recommandée et les pavés doivent être posés aux devantures des concessions riveraines à toutes les voies bitumées. C’est obligatoire! La beauté de la ville en dépend. Cela est donc sans appel a-t-elle ainsi donné le ton. Elle annonce aussi aux concitoyens propriétaires des domaines riverains de la Rue des banques, du Boulevard Ngarta Tombalbaye, et de l’Avenue Maldom Bada Abbas qu’ils ont jusqu’à la fin de l’année 2011 pour construire des édifices à au moins un niveau. Nous leur annonçons enfin qu’une journée sans voiture» sera instituée le 30 janvier prochain. Cette journée vise essentiellement à favoriser la prise de conscience collective de la nécessité d’agir contre les nuisances générées par la croissance du trafic motorisé dans la capitale.

 

Les prix de matériaux de constructions ne sont pas à la portée de tous


Le souhait du Mme le maire de la ville de N’Djaména est de voir dans un laps de temps, tous les Tchadiens vivres dans les logements décents. Cependant, sur les marchés à travers tout le pays, les prix des matériaux de construction galopent sans cesse. Les autorités ont cru contraindre les commerçants à réduire ces prix afin que chaque Tchadien puisse construire une maison confortable, mais peine perdue. Nous nous battons pour cela. Aujourd’hui la mairie a fait assez d’efforts qu’il faut reconnaitre. On donne le meilleur de nous-mêmes pour enlever les ordures et nous allons rendre propre la ville lors de la célébration du Cinquantenaire le 11 Janvier prochain, lance le premier magistrat de la ville de N’Djaména.

Source : lejournaldutchad.com

 


Un commentaire

  1. ail korom dit :

    j’aime beaucoup mon pays aller vive le tchad.

Répondre

PETIT JOURNAL DES SOUVENIRS... |
c218 |
Planète : nature et animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La psychologie
| analyses, contestations pol...
| .:| нρoт&#...