Un Homme – Une Vision – Un Engagement / Idriss Deby Itno, 20 ans après…

idrissdbyitnoati.jpg

L’homme du 1er décembre qui préside aux destinées de son peuple depuis 20 ans est un visionnaire hors du commun. Il a surpris plus d’un observateur par sa méthode, son engagement et sa vision dans la conduite des affaires publiques.

20 ans après, les preuves sont là…Panorama !

Alors qu’il était, sous le régime déchu, conseiller à la présidence de la République chargé de la défense nationale, Idriss Deby Itno a saisi dans toute sa dimension le chaos vers lequel le pays plongea peu à peu. C’est ainsi qu’à la surprise de tous, il prit la tête d’un groupe de patriotes pour se retirer de la capitale, le 1er avril 1989.

Son retour triomphal a la tète des forces patriotique du salut après la ferme résolution du congrès de Bamina de libérer le peuple tchadien sera le détonateur de l’action devant déboucher sur le renversement d’une des dictateurs les plus féroces que le monde ait connu. Jambes au cou, les fossoyeurs de la nation et leurs complices ont prit la poudre d’escampette. Sous les youyous des femmes, les cris de joie des enfants et les ovations d’un peuple ainsi libéré, Idriss Deby Itno entra à N’Djamena, le 1er Décembre 1990.

Il met en place un conseil d’Etat. Et comme par une baguette magique, il posa les jalons du développement de tous les secteurs d’activités socio-économiques, qu’il s’agisse du secteur primaire, secondaire et tertiaire ou de l’administration centrale et territoriale. Idriss Deby Itno prône une politique de réconciliation nationale. Ce qui a permis le retour au bercail de tous les frères qui ont choisi la voie de l’égarement. Comme de mesure d’accompagnement, tous ceux des frères exilés une fois rentrés sont insérés dans leurs activités socioprofessionnelles d’antan.

Sur le plan politique, l’adoption par referendum de la constitution du 31 Mars 1996 permettra au pays de se doter d’une des meilleures lois fondamentales de la sous-région, tant par sa forme que par son contenu.

La mis en place des institutions républicaines viendra jeter les bases de la fondation de l’édification de la jeune démocratie qui se veut participative et consensuelle. Cela se traduira par la libéralisation de la vie politique. Plusieurs partis politiques, des associations de la société civile, ainsi que des journaux et radios privés naitront, symboles tangibles de la démocratie.

Sur la base d’un programme de société convaincant le peuple tchadien a renouvelé sa confiance  trois fois à l’Initiateur de la démocratie.

Acte 1 : 1er mandat (1996-2001)

Les premières élections présidentielles transparentes et ouvertes à tous, ont permis aux tchadiens de renouveler leur confiance, par un vote massif et par une majorité écrasante à celui qui présidera à leurs destinées pour les cinq années à venir. En effet, c’est la consécration de l’ancrage   définitif du Tchad dans la dévolution du pouvoir par la voie démocratique. S’en suivra la mise en place, après des élections législatives aussi crédibles que transparentes, de la première législature. Dans sa ferme volonté d’associer toutes les sensibilités politiques à la gestion de la chose publique, la présidence de l’Assemblée Nationale même fut confiée à un opposant de taille, en l’occurrence le Général Wadal Abdelkader Kamougué, Président de l’Union pour le Renouveau et la Démocratie (URD).

Les tchadiens se rappellent encore de la célèbre exhortation du président Idriss Deby Itno a marqué tout le premier quinquennat : « la kermesse du désordre est terminée »

Acte 2 : 2ème mandat (2001-2006)

Ce quinquennat fut marqué par l’exploitation du brut du Doba, ouvrant la voie au pays de Toumaï de faire son entrée triomphale dans le cercle des pays producteurs et exportateurs de l’or noir. Soucieux de faire vivre à son peuple la démocratie plurielle avec ses fondements que sont les libertés fondamentales et le respect des droits de l’homme, Idriss Deby Itno a réitéré, le 08 Août 2001, lors de son investiture, sa ferme volonté de en tant que premier magistrat, de faire du Tchad un pays où règne la justice «… impunité, impunité, je ne couvrirai personne »

Le bilan du 2ème mandat du président de la république est plus que satisfaisant : il y’a pas de prisonniers politique au Tchad, denrée rare en Afrique ; la liberté de presse est totale et intégrale ; la libre circulation des personnes et de leurs biens est effective sur l’ensemble du territoire national ; la réhabilitation et/ou la construction des infrastructures routières, aéroportuaires  sont passées du simple au double voie au triple. Que dire des infrastructures socio-éducatives et/ou socio-sanitaires, de l’eau potable et autres?

L’organisation des états généraux de l’armée, et de la justice au cours de ce mandat, la création des ministères l’assainissement public et de la bonne gouvernance ainsi que celui des droits de l’homme et de la promotion des libertés, sont les preuves que l’homme occupe une place de choix au cœur du projet de société juste et équitable du chef de l’état.

Acte 3 : 3ème mandat (2006-2011)

Le quinquennat en cours, place sous au signe du social montre bel et bien au regard des réalisations palpables et encourageantes que l’Homme qui préside aux destinées du Tchad depuis deux décennies, a sacrifié toute sa vie pour la nation tchadienne.

En effet «  tous les résultats que nous pouvons considérer aujourd’hui comme des acquis de note lutte démocratique sont les fruits de cette longue période de maturation, de réflexion et actions d’essais et d’erreurs, d’ajustement et de réajustements », reconnaissait humblement l’Initiateur de la démocratie au Tchad, le 08 Août 2006 dans son discours d’investiture. «  c’est aussi le fruit du courage et de la ténacité, de la volonté et la foi dans notre idéal noble, celui de bâtir dans la paix, l’unité, la dignité et la prospérité, un grand pays au cœur de l’Afrique » a-t-il ajouté.

Soucieux de l’avenir et du devenir du Tchad, Idriss Deby Itno qui entend préserver la paix, l’unité du pays, a convié toute la classe politique à un dialogue franc et sincère, en vue d’une gestion politique concertée et apaisée. La signature de l’Accord politique du 13 Août 2007 entre les partis politiques de la majorité présidentielle et ceux de l’opposition démocratique en vue du renforcement du processus démocratique au Tchad, dont il en est le garant est non seulement à inscrire en lettre d’or dans les annales de l’histoire du Tchad, mais sert aussi de modèle et cité en référence de part le monde. Pour le chef de l’Etat, la justice se devra de retrouver le chemin qui fait d’elle le rempart contre les déviances et les conflits sociaux les moyens de son action identifiée dans le programme de reforme lui ont été fournis. La mise en œuvre du programme d’Appui à la Reforme de la Justice ( PRAJUST) en est la parfaite illustration. En retour Idriss Deby Itno demande à la justice d’appliquer la loi dans toute sa rigueur et de dire le droit.

Le quinquennat du social prôné par le Président de la République prend en compte tous les secteurs de la vie quotidienne en vue du bien être des populations. «  le gouvernement devra me convaincre de sa capacité à vous fournir les routes, les centres de santé, les salles de classe, une meilleure rémunération du travail agricole et pastorale. Vous allez vivre en peuple digne à travers un habitat décent, un accès à l’énergie et à l’eau, une réduction du taux de chômage, une revalorisation du SMIG, de la pension des retraités, des allocations familiales ainsi que l’ouverture des guichets de microcrédits en faveur des femmes et des jeunes pour le financement de leurs projets », a promis le chef de l’Etat au peuple Tchadien le 08 Août 2006. Et Idriss Deby Itno de rassurer «  le social c’est aussi notre détermination à garantir aux citoyens à revenu modeste, un meilleur accès aux biens et services de base en disciplinant la consommation et en luttant contre les risques d’inflation ». Le social, de l’avis de son conception, c’est enfin « l’amélioration des capacités de génération de Revenus dans le cadre de l’auto-emploi : les retraités, les personnes vulnérables, en un mot les catégories les plus défavorisées, recevront le traitement adéquat que nécessite leur situation ».« des stratégies nouvelles de développement à définir ainsi que des méthodes de travail à repenser pour accroître les ressources qui permettront de résoudre les besoins des populations ».

Si en amont, toutes les facilités et opportunités sont offertes à tout le peuple tchadien par cet Homme de vision et d’action, en aval, ce peuple doit mériter cette confiance placée en elle, par sa rigueur au travail, son patriotisme et son engagement conformément à son hymne national : « peuple tchadien, débout et à l’ouvrage, tu as conquis, ta terre est ton droit… ».

Aussi, une telle volonté, un tel engagement, un tel défi du développement mis en œuvre grâce à la vision du chef de l’Etat qui ne rêve que du bonheur et du bien être de son peuple, doivent-ils être accompagnés par la communauté internationale en général et les partenaires au développement en particulier en vue de leur mise en œuvre effective, pour le bonheur du peuple tchadien. 

Articles des Les Militants d’Idriss Déby Itno (MIDI) sur facebook

http://www.facebook.com/home.php?#!/home.php?sk=group_169478876415800&ap=1

 


Répondre

PETIT JOURNAL DES SOUVENIRS... |
c218 |
Planète : nature et animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La psychologie
| analyses, contestations pol...
| .:| нρoт&#...