Archive pour 15 décembre, 2010

Un Homme – Une Vision – Un Engagement / Idriss Deby Itno, 20 ans après…

idrissdbyitnoati.jpg

L’homme du 1er décembre qui préside aux destinées de son peuple depuis 20 ans est un visionnaire hors du commun. Il a surpris plus d’un observateur par sa méthode, son engagement et sa vision dans la conduite des affaires publiques.

20 ans après, les preuves sont là…Panorama !

Alors qu’il était, sous le régime déchu, conseiller à la présidence de la République chargé de la défense nationale, Idriss Deby Itno a saisi dans toute sa dimension le chaos vers lequel le pays plongea peu à peu. C’est ainsi qu’à la surprise de tous, il prit la tête d’un groupe de patriotes pour se retirer de la capitale, le 1er avril 1989.

Son retour triomphal a la tète des forces patriotique du salut après la ferme résolution du congrès de Bamina de libérer le peuple tchadien sera le détonateur de l’action devant déboucher sur le renversement d’une des dictateurs les plus féroces que le monde ait connu. Jambes au cou, les fossoyeurs de la nation et leurs complices ont prit la poudre d’escampette. Sous les youyous des femmes, les cris de joie des enfants et les ovations d’un peuple ainsi libéré, Idriss Deby Itno entra à N’Djamena, le 1er Décembre 1990.

Il met en place un conseil d’Etat. Et comme par une baguette magique, il posa les jalons du développement de tous les secteurs d’activités socio-économiques, qu’il s’agisse du secteur primaire, secondaire et tertiaire ou de l’administration centrale et territoriale. Idriss Deby Itno prône une politique de réconciliation nationale. Ce qui a permis le retour au bercail de tous les frères qui ont choisi la voie de l’égarement. Comme de mesure d’accompagnement, tous ceux des frères exilés une fois rentrés sont insérés dans leurs activités socioprofessionnelles d’antan.

Sur le plan politique, l’adoption par referendum de la constitution du 31 Mars 1996 permettra au pays de se doter d’une des meilleures lois fondamentales de la sous-région, tant par sa forme que par son contenu.

La mis en place des institutions républicaines viendra jeter les bases de la fondation de l’édification de la jeune démocratie qui se veut participative et consensuelle. Cela se traduira par la libéralisation de la vie politique. Plusieurs partis politiques, des associations de la société civile, ainsi que des journaux et radios privés naitront, symboles tangibles de la démocratie.

Sur la base d’un programme de société convaincant le peuple tchadien a renouvelé sa confiance  trois fois à l’Initiateur de la démocratie.

Acte 1 : 1er mandat (1996-2001)

Les premières élections présidentielles transparentes et ouvertes à tous, ont permis aux tchadiens de renouveler leur confiance, par un vote massif et par une majorité écrasante à celui qui présidera à leurs destinées pour les cinq années à venir. En effet, c’est la consécration de l’ancrage   définitif du Tchad dans la dévolution du pouvoir par la voie démocratique. S’en suivra la mise en place, après des élections législatives aussi crédibles que transparentes, de la première législature. Dans sa ferme volonté d’associer toutes les sensibilités politiques à la gestion de la chose publique, la présidence de l’Assemblée Nationale même fut confiée à un opposant de taille, en l’occurrence le Général Wadal Abdelkader Kamougué, Président de l’Union pour le Renouveau et la Démocratie (URD).

Les tchadiens se rappellent encore de la célèbre exhortation du président Idriss Deby Itno a marqué tout le premier quinquennat : « la kermesse du désordre est terminée »

(suite…)

PETIT JOURNAL DES SOUVENIRS... |
c218 |
Planète : nature et animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La psychologie
| analyses, contestations pol...
| .:| нρoт&#...