Archive pour 23 novembre, 2010

Tchad : Lutte contre la cherté de la vie, le président tchadien ordonne le démantèlement des barrages routiers

idrissdebyinto.jpgDepuis plusieurs semaines, Idriss Déby Itno le président tchadien discute avec les acteurs économiques de la hausse du coût de la vie. Il en tire la conclusion que les commerçants ne sont pas les seuls responsables de cette situation. Les taxes irrégulières imposées par les forces armées et l’administration y sont pour beaucoup. Des barrages routiers parsèment également les routes, devenus le lieu de tous les rackets. Et Idriss Déby a exigé que tout cela cesse. 

« Vous me démontez tout ce dispositif, et vous laissez la circulation libre. C’est la dernière fois qu’on parlera des barrières et des barrages sur l’ensemble du territoire national ». Idriss Déby vient de livrer les résultats d’une petite enquête nationale qu’il dit avoir menée lui-même. On apprend de la bouche du président que par exemple pour un bœuf vendu à 600 km de la capitale, il faut payer au bas mot 41 000 francs de taxes à différents représentants de l’administration.

La pratique est la même pour les autres produits, comme en témoigne cette personne au marché du maïs de Ndjamena. « Sur chaque sac de maïs, le sultan prélève 100 francs, le maire prend 20 000 francs, les gens qu’on appelle l’ANS (Agence nationale de sécurité) prennent 1 000. Les policiers en tenue vert olive prennent 25 000. On est obligé d’imputer cela sur le prix du maïs. Regarde les deux femmes là bas, elles sont de la mairie. Elles cherchent à arracher 1 000 francs au chauffeur. Qu’on nous laisse tranquille et vous verrez, le maïs se vendra moins cher ».

Les ménagères tchadiennes, elles, attendent de ressentir l’effet de ces mesures dans leurs paniers qui se sont beaucoup allégés ces dernières années.

 

PETIT JOURNAL DES SOUVENIRS... |
c218 |
Planète : nature et animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La psychologie
| analyses, contestations pol...
| .:| нρoт&#...