Archive pour 6 novembre, 2010

Les étudiants tchadiens du Bénin se déchirent.

Dysfonctionnement et incompréhension sont les maux qui ont miné l’UEESTB. Avec une scission programmée, les étudiants tchadiens  ont perdu la jugeote. Pour sauver les marbres, il a fallu une médiation. 

 dscn00831.jpg    dscn00911.jpg

Rien ne marche de bon  au sein de l’Union des Etudiants Elèves et Stagiaires Tchadiens au Bénin (UEESTB). Le pire est sauvé de justesse, grâce à une médiation et à une Assemblée Générale Extraordinaire (AGE), tenue le 06 Novembre 2010, dans la capitale économique du Bénin, Cotonou. En rappel, deux (2) camps s’opposent et revendiquent la direction de l’Union. D’un coté, apparaît le Bureau Exécutif dirigé par Mahamat Zène Youssouf mais déchu par une Assemblée réunie le 09 septembre. Et d’un autre coté, se position, avec énergie, la Commission ad hoc de Abdelkérim Ali, constituée après la destitution du BE.  Avant l’ouverture de la session extraordinaire présidée par le Comité de méditation, la salle, en chœur avec respect et humilité, a chanté la Tchadienne. Cela a été un grand moment d’émotions. Les débats s’ouvrent. Dans son oratoire, le comité de médiation a expliqué la nécessité de la rencontre afin d’éviter déchirement et affrontement entre les deux (2) camps d’étudiants. A tour de rôle furent auditionné la Commission ad hoc et le BE mais au fond, tout résulte d’une incompréhension et  d’une supercherie. Pour le président  Zène, leur destitution est un vice de procédure et ne respecte pas les textes réglementaires de l’Union ; «  qui relève d’une conspiration  et d’un chantage» dixit- il. Très vite, pour éviter d’envenimer le débat, qui est déjà houleux, scabreux et torride, l’Assemblée Générale a enjambé les questions qui fâchent. Finalement un consensus est trouvé. Sur ordre de l’AGE, il est décidé : 

-       La destitution de la Commission ad hoc ; 

-       La reconduction du BE déchu ; 

-       Et la constitution d’une commission sensée organiser des élections. 

Pour la circonstance, une commission électorale, constituée de quatre (4) étudiants est élue. De même, 2 à 3 semaines sont données au BE de convoquer une AGE pour présenter ses rapports financiers et de démissionner afin que sera élue une nouvelle équipe exécutive. 

Disons que lors cette session extraordinaire, a pris part une assistance nombreuse constituée d’élèves, étudiants et bien même d’une grande partie de la colonie tchadienne vivant au pays de Y. Boni venue au secours de l’UEESTB. Dans cette affaire de scission se dégage un problème de leadership. Pour certains étudiants, ils se disent lassés d’être dirigés par les mêmes têtes, déviant vers l’égocentrisme et l’ethno- régionalisme. Pour d’autres, le réel problème est l’UEESTB elle- même, qui est corrodée par le détournement et la mauvaise foi. « Il nous faut du sang neuf : des patriotes et intègres », chantonne t-on. Là dépendra de la seule prochaine Assemblée. 

Par : Hassana Djiddah Abdoulaye

PETIT JOURNAL DES SOUVENIRS... |
c218 |
Planète : nature et animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La psychologie
| analyses, contestations pol...
| .:| нρoт&#...