Archive pour 26 octobre, 2010

Le Président Idriss Déby Itno visite le quartier sinistré de Walia

dsc09082.jpg

Les grosses pluies qui se sont abattues cette année sur l’ensemble du pays n’ont épargné aucune ville. N’Djaména n’a pas échappé aux inondations. Les quartiers périphériques de la capitale ont été particulièrement touchés. C’est le cas de Walia et Ngueli dans le 9ème arrondissement municipal de N’Djaména. A Walia et Ngueli, les pluies ont fait d’énormes dégâts. Selon des sources proches du comité chargé de dénombrer et recaser les sinistrés, l’ on a dénombré plus de 3420 familles victimes d’ inondations. Plus de 1000 familles sont déclarées vulnérables, c’est-à-dire sans abris.

 

(suite…)

Les enfants oubliés de l’Arche de Zoé

Trois ans après la révélation de l’affaire, que sont devenues les victimes ? Le 25 octobre 2007, plusieurs membres de l’Arche de Zoé étaient arrêtés au moment d’embarquer 103 enfants tchadiens vers la France. Notre reporter a retrouvé quelques-unes de ces victimes, à la frontière soudanaise

Les enfants oubliés de l’Arche de Zoé dans ACTUALITES zoe_article

Les 103 enfants, qui devaient être embarqués du Tchad vers la France par l’Arche de Zoé, ont été accueillis à l’orphelinat d’Abéché d’octobre 2007 à mars 2008.

Maître Amady Nathé, impatient, regarde sa montre. L’avocat tchadien est attendu au palais de justice de N’Djamena. Il n’a pas de temps à perdre avec une vieille histoire qui remonte à octobre 2007. Pressé d’en finir, il consent à ouvrir ses archives.

Le dossier Arche de Zoé y tient en quelques feuilles. La chemise renferme le jugement du tribunal contre l’association coupable de tentative d’enlèvement de 103 enfants tchadiens, et c’est à peu près tout. Non, Me Amady Nathé n’a pas sous la main les coordonnées de ses clients, les familles des victimes.

À l’Unicef, le personnel n’en sait guère plus. L’agence des Nations unies, qui avait participé à la protection des enfants et à leur retour auprès de leurs proches, ne s’occupe pas du suivi individuel des intéressés. À défaut d’être réactualisés, les dossiers dorment toujours dans les bureaux d’Abéché, la dernière grande ville dans l’est du Tchad.

D’après les documents, 96 enfants ont été remis à leurs familles dans trois communes des environs, Adré, Tiné et Biltine. Six autres « réunifications » ont été organisées à Adikong, village soudanais près de la frontière.pix_trans dans ACTUALITES

« Les gamins sont partis mais l’affaire demeure sensible »

pix_transLes derniers enfants ont quitté Abéché en mars 2008. Personne ne les a aperçus dans les rues de la préfecture du Ouaddaï depuis cette date. À l’intérieur de l’orphelinat qui les avait accueillis d’octobre 2007 à mars 2008, le sujet n’est plus à l’ordre du jour. Enterré.

(suite…)

PETIT JOURNAL DES SOUVENIRS... |
c218 |
Planète : nature et animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La psychologie
| analyses, contestations pol...
| .:| нρoт&#...