Poursuite des recherches au Soudan pour retrouver un Chinois enlevé au Tchad

N’DJAMENA – La force commune créée par le Tchad et le Soudan poursuivait mercredi des recherches dans la région du Darfour (ouest soudanais) pour retrouver un Chinois enlevé la semaine dernière dans l’est tchadien, ont affirmé à l’AFP des responsables militaires des deux pays.

« Selon nos informations, les ravisseurs ont conduit le Chinois dans une zone située à la frontière entre le Soudan et le Tchad. (…) Une force commune soudano-tchadienne recherche les ravisseurs avec l’assistance de l’armée soudanaise », a déclaré à l’AFP à Khartoum un porte-parole de l’armée soudanaise, Sawarmi Khaled Saad.

Le Tchad et le Soudan ont déployé en mars le long de leur frontière commune une force mixte ayant son quartier général à El-Geneina (Darfour), à une vingtaine de kilomètres de la frontière tchadienne.

« Nous sommes en train de mener des recherches dans une zone très accidentée, avec beaucoup des montagnes », a affirmé à l’AFP à N’Djamena un officier tchadien ayant requis l’anonymat.

Les opérations se déroulent dans le Darfour, a-t-il indiqué, sans préciser de localité. « Nous allons tout faire pour libérer le Chinois et arrêter ses ravisseurs », a-t-il dit.

Le Chinois, employé pour une société de travaux publics au Tchad, a été enlevé la semaine dernière à Am-Djarass, dans l’Ennedi (est tchadien), à moins de 10 km de la frontière, puis conduit au Soudan, avaient révélé mardi soir la radio d’Etat et un haut responsable tchadien, sans préciser de dates.

Mercredi, l’agence Chine Nouvelle (officielle), citant l’ambassadeur de Chine au Tchad Yang Guangyue, a rapporté que l’employé chinois avait été kidnappé « deux ou trois jours avant le 8 septembre ».

« Il se rendait à un site de construction situé à Iriba, dans le nord du Tchad » et la nouvelle de son enlèvement n’a été connue « que le 8 septembre, quelques jours après que son employeur eut perdu tout contact avec lui », a précisé Chine Nouvelle.

Jointe par l’AFP, l’ambassade de Chine à N’Djamena n’a pas souhaité révéler l’identité de l’otage et s’exprimer sur une éventuelle demande de rançon.

« Pour le moment, nous n’avons rien. Nous sommes en train de suivre la situation, surtout que la partie tchadienne est en train de faire des efforts pour retrouver notre compatriote », a dit sans plus de détails Gu Wenje, attaché culturel et de presse de l’ambassade.

Mardi soir, un haut responsable tchadien avait expliqué à l’AFP que le Chinois se trouvait à Am-Djarass « pour installer l’adduction d’eau de la ville ». Il travaillait pour l’entreprise chinoise CGCOC-Tchad, filiale locale d’un groupe chinois ayant de nombreuses implantations en Afrique et en Asie.

 


Répondre

PETIT JOURNAL DES SOUVENIRS... |
c218 |
Planète : nature et animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La psychologie
| analyses, contestations pol...
| .:| нρoт&#...