Tchad: La misère au quotidien

Lorsqu’on nous présente l’évolution des indicateurs sur l’indice de Développement Humain de notre pays, on a tendance à dire que la situation s’améliore chaque jour et davantage. Mais lorsque par curiosité on scrute  un peu la rue et on voit ce qui s’y passe dans les foyers de majorité de la population, les âmes sensibles à la misère des autres peuvent couler des larmes. Mais, qui ignore les réalités des citoyens tchadiens? Les gouvernants? Non, ils font semblant. Dans leurs actions, nous ne voyons rien qui frise la bonne foi à améliorer le quotidien de leurs concitoyens. La débrouillardise reste la seule voie de salut pour le bas peuple. L’informel est le principal injecteur de l’économie dans tous les pays développés. Aucun programme concret pour résorber le chômage. Aucune politique n’encourage les misérables à rentrer à la campagne en vue d’embrasser les travaux de la terre. Trop de discours creux, pompeux et moins d’action. 

Autre chose à savoir est que les gens doivent comprendre que la ville est propre aux travailleurs, hommes d’affaires, et tous leurs dépendants y compris les étudiants. 

Lorsqu’on n’a rien, autant accepter de rentrer à la campagne et travailler la terre qui est d’ailleurs seul procureur de la richesse. Aucune banque ne peut procurer autant de pourcentage d’intérêt avoisinant les 500%. Mais avec l’agriculture, il y a lieu d’enfouir une graine de céréale pour en récolter 700. Quelle aubaine? Le seul conseil à donner aux gens est celui de réfléchir autrement et choisir l’exode urbain comme seul moyen de fuir la misère de la ville. A ceux qui nous dirigent, de mettre en place des politiques et stratégies favorisant la vie à la campagne. Aujourd’hui avec les technologies de l’information et de la communication, on peut être à la campagne avec tous les avantages qu’offre la ville. 

 


Répondre

PETIT JOURNAL DES SOUVENIRS... |
c218 |
Planète : nature et animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La psychologie
| analyses, contestations pol...
| .:| нρoт&#...