Tchad – Les misérabilismes des Agents de l’Etat

 

C’est bien que l’Etat se lance farouchement dans la lutte contre les maux minant nos administrations. Mais il reste à savoir et vérifier si les mesures d’accompagnement  seront prises et appliquées. Si cela est fait, l’on se rassurerait que désormais les décideurs tchadiens vont assainir leurs institutions. Le citoyen lambda s’interroge sur l’impact de plusieurs reformes qu’a connues le Tchad depuis son accession à l’indépendance. Où sont les finalités ? Prévenir pour assainir initié par le Contrôle d’Etat sera-t-il réaliste ? Bravo ! Qui vivra verra. 

 

lors des campagnes de sensibilisation du  Contrôle d’Etat, des cadres et agents issus de différents départements ministériels ont clairement indiqué que, l’Etat lui-même, qui est la cause de tous les maux qui gangrènent nos administrations. « Je parle de « misérabilisme » ici par ce que c’est l’Etat, lui-même qui en est la cause de la misère des agents. C’est dire qu’il les rend misérables. Ils sont obligés d’accepter les pots de vin pour joindre les deux bouts, de détourner des biens et des derniers publics. Si le salaire  est décent, le travail sera bien fait. Il n’y aurait pas cette gabegie dans l’administration publique. Les Travailleurs Tchadiens sont mal entretenus. Ils sont submergés par des multiples difficultés à commencer par la sous alimentation et le manque soin adéquat. C’est une exigence sciemment causée, je vous l’avoue mon fils » explique un haut cadre de l’Education Nationale. Et d’ajouter un autre fonctionnaire du ministère des Infrastructures souligne que le gouvernement crée des institutions sans des moyens adéquats pour un bon travail.

 

 « Chez nous aux infrastructures nous n’avons pas de bureau nous sommes toujours sur nos orteils sous les arbres. Il faut s’asseoir confortablement pour travailler afin de produire un bon rendement. C’est déplorable » regrette une femme du dit département.

 

D’autres affirment qu’ils ont bureaux ambulants,  pour ceux des départements de la communication, de la Culture  et de la Poste, il ne sert à rien de sensibiliser car il n’y a rien qui ne puisse stimuler. Ils se demandent si le ministère de la Moralisation a déjà balayé devant sa cour avant de demander aux autres de le faire. « La charité bien ordonnée commence par soi même a-t-on dit » attaque un jeune intégré. Aussi demande-t-il à l’Etat de tenir compte du sens de responsabilité et d’honnêteté quant aux nominations à des postes de responsabilité. Car ceux-ci ternissent l’image du pays. Il a été relevé au cours des débats que prochainement les avancements et intégrations doivent suivre leurs aboutissements seuls.  Ceci pour permettre de découvrir les brebis galeuses. Qui est corrompu et qui ne l’est pas. Qui est corrupteur et qui ne l’est pas. Çà permet également d’identifier les fonctionnaires fictifs qui pullulent à la Fonction publique empêchant les véritables fonctionnaires à travailler normalement. Les agents attendant leurs avancements  ou titularisations ne doivent pas se déplacer.  Dans certains départements semble-t-il, les effectifs sont exorbitants. Cette manière de recruter doit être bannie a-t-on précisé. Ce nombre démesuré alourdit l’administration pour rien.

 

Le ministère de la défense a brillé par son absence à cette rencontre. Les raisons, selon les cadres du ministère du contrôle d’Etat, ne sont pas évoquées. Les responsables de la Moralisation qualifient cela d’un absentéisme voulu. « L’absentéisme est l’un des maux qui minent l’administration tchadienne.  C’est ce que nous combattons affirme un agent de ce département. Et de poursuivre un autre «  ce qui implique un militaire,  il ne faut pas trop s’en mêler»

 


Répondre

PETIT JOURNAL DES SOUVENIRS... |
c218 |
Planète : nature et animaux |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | La psychologie
| analyses, contestations pol...
| .:| нρoт&#...